La Grèce sort doucement la tête de l’eau

Alors qu'Alexis Tsipras songe à son retour, son successeur tente de consolider une croissance encore fragile.

Cela fait cinq mois qu'il n'est plus premier ministre, défait aux élections législatives de juillet, mais Alexis Tsipras reste présent sur la scène nationale et internationale. La plupart de ses prédécesseurs ont disparu après leur défaite électorale, mais Tsipras, lui, veut capitaliser sur son expérience de quatre ans et demi à la tête du pays, un record de longévité en Grèce.

Après plusieurs voyages en Europe, le chef du parti de la gauche radicale, Syriza, arrive ce mardi à Paris où un programme chargé l'attend. Outre des rencontres avec des intellectuels et des décideurs, Alexis Tsipras inaugurera mercredi une nouvelle chaire de Sciences Po, consacrée à «la dette souveraine», en présence de Frédéric Mion, le directeur de Sciences Po, Enrico Letta, ancien premier ministre italien et doyen de l'École d'affaires internationales de Sciences Po, et d'Anne-Laure Kiechel. Cette dernière, qui a conseillé le gouvernement Tsipras, a récemment fondé sa société indépendante de conseil aux États

Explorez...

Ajouter un commentaire