En Grèce, une dynastie à la reconquête du pouvoir

Dans la famille Mitsotakis, demandez le fils, Kyriakos. A 51 ans, il est le leader de Nouvelle Démocratie (parti conservateur) depuis 2016. Son parti est arrivé largement en tête aux élections européennes (33,12 % contre 23,80 % pour Syriza), régionales et municipales organisées dimanche 26 mai. Une vague bleue s'est abattue sur la Grèce : dix des treize régions pourraient passer à droite dimanche 2 juin. Sanctionné sévèrement par les électeurs, le premier ministre Alexis Tsipras (du parti Syriza, de gauche) a, dès les résultats, annoncé la tenue d'élections législatives anticipées qui devraient être organisées à la fin du mois de juin ou début juillet.

Le leader des conservateurs n'est autre que le fils de Konstantinos Mitsotakis, premier ministre de 1990 à 1993 et figure emblématique de la droite grecque. En 2016, c'est grâce à une bataille acharnée face à Evangelos Meimarakis, un vétéran conservateur, que Kyriakos s'est imposé à la tête du parti après avoir subi de nombreuses attaques.

« Je sais que de nombreuses personnes sont sceptiques parce que je viens d'une dynastie politique (…) Mais je suis ma propre personne. » Kyriakos Mitsotakis,...

Ajouter un commentaire

Articles similaires