Athènes et Skopje dénoncent l’ingérence de Moscou

Sur le cas macédonien, le Kremlin ne cache pas sa mauvaise humeur et laisse planer la menace. Image: EPA

Sur le cas macédonien, le Kremlin ne cache pas sa mauvaise humeur et laisse planer la menace. Image: EPA

Finie, l'histoire d'amour! Le torchon brûle entre Athènes et Moscou depuis que la Grèce a expulsé deux diplomates russes le 11 juillet et interdit à deux autres de fouler son territoire, les accusant d'avoir tenté de soudoyer des officiels et de chercher à s'ingérer dans les affaires internes du pays. Le Kremlin, à son tour, a annoncé le 6 août que deux diplomates hellènes seraient expulsés.

Voilà une crise étonnante entre deux pays qui entretiennent d'habitude des relations cordiales. Une affinité historique existe entre ces deux grands pôles du christianisme orthodoxe qui ont jadis résisté à l'Empire ottoman. En Occident, la Grèce s'est récemment distinguée en réclamant un adoucissement des sanctions contre la Russie. Et en mars, on a vu Athènes se démarquer en refusant de rappeler son personnel diplomatique malgré l'empoisonnement au Royaume-Uni de l'ancien espion russe...

Explorez...

Ajouter un commentaire