Colis piégé au FMI : la piste d'anarchistes grecs évoquée

Christine Lagarde a condamné "l'acte de violence" contre le FMI à Paris ce jeudi. - Reuters / Jonathan Ernst

Christine Lagarde a condamné "l'acte de violence" contre le FMI à Paris ce jeudi. - Reuters / Jonathan Ernst

Une assistante de direction a été blessée aux mains et au visage lors de l'ouverture d'un courrier au siège parisien du Fonds monétaire international. Le parquet antiterroriste a été saisi.

En ouvrant un courrier, ce jeudi au siège du FMI à Paris, une assistante de direction a été légèrement blessée aux mains et au visage et souffre de "quelques brûlures", selon une source policière. Christine Lagarde, directrice du Fonds monétaire international, a condamné cet "acte de violence".

"Il semble que ce soit un engin pyrotechnique ou un gros pétard. C'est quelque chose de relativement artisanal, ce n'est en rien une bombe", a précisé le préfet de Paris Michel Cadot.

En début de soirée, la police grecque ont indiqué que des anarchistes grecs étaient vraisemblablement à l'origine du colis piégé au FMI. Mercredi à Berlin, le ministère allemand avait été visé par un mélange explosif, expédié depuis la Grèce, avec comme fausse adresse d'expéditeur celle d'un député de droite.

François Hollande condamne un "attentat"

François Hollande a lui qualifié d'"attentat" cet acte de violence. "Il n'y a pas d'autre mot face à un colis piégé", a souligné le...

Explorez...

Ajouter un commentaire