Grèce : l'Europe voit le FMI évoluer

La question de l'allègement de la dette grecque figure au coeur des discussions entre l'Europe et le Fonds monétaire international, et notamment entre le patron du Mécanisme européen de stabilité (MES), Klaus Regling, et Christine Lagarde - Virginia Mayo/AP/SIPA

La question de l'allègement de la dette grecque figure au coeur des discussions entre l'Europe et le Fonds monétaire international, et notamment entre le patron du Mécanisme européen de stabilité (MES), Klaus Regling, et Christine Lagarde - Virginia Mayo/AP/SIPA

Poker menteur entre les Européens et le Fonds monétaire international sur l'allégement de la dette grecque.

Quels efforts doivent être consentis pour alléger la dette grecque ? Le climat s'étant apaisé avec Athènes, qui a accepté de mettre en oeuvre un vaste plan de réformes en échange d'une aide de 86 milliards d'euros, cette question figure au cour des discussions entre l'Europe et le Fonds monétaire international (FMI), censées aboutir cet automne.

En Europe, l'Allemagne voit « une marge de manoeuvre faible ». Pour cofinancer le programme, le FMI a, lui, posé comme condition un « effort significatif » de ses partenaires. Mais Klaus Regling, patron du Mécanisme européen de stabilité (MES), l'institution qui va financer le plan d'aide, veut croire à une évolution du FMI.

A lire :

> Dette grecque : le FMI jette un pavé dans la mare

La méthode du MES

Elle concerne son analyse de la soutenabilité de la dette. Pour la calculer, Washington rapporte le poids de la dette au PIB d'un pays. Or ce ratio devrait atteindre en Grèce 200 % d'ici à deux ans. Un niveau inacceptable pour le FMI, qui vise à terme 110 %. Le MES...

Explorez...
Ville: 
Pays: 
Personnes: 

Ajouter un commentaire

Ça pourrait aussi vous intéresser...