Référendum grec: ce qu'en pensent les prix Nobel d'Économie

Joseph Stiglitz s'est prononcé contre une nouvelle cure d'austérité pour la Grèce. Crédits photo : WIN MCNAMEE/AFP

Joseph Stiglitz s'est prononcé contre une nouvelle cure d'austérité pour la Grèce. Crédits photo : WIN MCNAMEE/AFP

C'est un soutien de poids que viennent d'apporter les économistes Joseph Stiglitz et Paul Krugman au gouvernement d'Alexis Tsipras. Alors que les grecs se préparent à répondre «oui» ou «non» aux nouvelles mesures d'austérité que souhaitent imposer à la Grèce en échange du déblocage d'un nouveau plan de sauvetage le trio formé par la Commission européenne, le FMI et la BCE (Troïka) .

Dans une interview au magazine Time, Joe Stiglitz, ancien chef économiste de la Banque Mondiale et prix Nobel d'économie en 2001 affirme n'avoir jamais vu une «dépression aussi délibérément imposée» à la Grèce par l'Europe, ajoutant qu'il «s'agit plus de pouvoir que d'économie». Stiglitz va plus loin et considère que la troïka a une «responsabilité criminelle dans le chaos» actuel, rappelant que «60 % des jeunes Grecs sont au chômage». Une diatribe sévère à l'encontre des créanciers de la Grèce, le FMI et les pays européens. Joseph Stiglitz propose à la troïka d'effacer purement et simplement la dette grecque, estimée à 300 milliards d'euros, et de verser à la Grèce des fonds afin de lui permettre de relancer son économie.

De son côté Paul Krugman a lui aussi appelé les Grecs à...

Explorez...

Ajouter un commentaire

Ça pourrait aussi vous intéresser...