Retour sain et sauf des activistes grecs d'Israël

La trentaine d'activistes grecs qui participaient, à bord de la "Flotille de la Liberté", à la tentative de briser le blocus d'Israël sur la bande de Gaza, sont finalement rentrées à Athènes jeudi matin, après quelques jours de détention dans les prisons de Beer Sheva en Israël.

Le ministre adjoint des Affaires étrangères, Dimitris Droutsas, et des représentants des partis ont accueilli jeudi tôt le matin les activistes grecs de retour d'Israël par un vol C-130 de l'armée de l'air grecque.

Vendredi, le premier ministre, Georges Papandréou, avait introduit son allocution au Parlement se félicitant du retour sain et sauf des Grecs ayant participé à la "Flotille de la Liberté", réitérant que les actions de violence d'Israël sont condamnables.

Le porte-parole du ministère des AE, Grigoris Delavekouras, dans son point de presse, a longuement rappelé les diverses démarches, tant du ministère que du premier ministre dans cette affaire, informant d'une part que, la semaine prochaine, M. Droutsas rencontrera les ambassadeurs des pays arabes en Grèce ainsi que l'ambassadeur d'Israël, et, d'autre part, que M. Papandréou est en contact avec le président chypriote, Dimitris Christofias, en vue d'appuyer l'envoi d'aide humanitaire à Gaza.

Invité à commenter les dénonciations de mauvais traitement et la confiscation de leurs effets personnels par les autorités israéliennes lors de la détention des activistes (qui portent des traces de coups, comme constaté lors de la conférence de presse qu'ils ont donnée vendredi à Athènes), M. Delavekouras a souligné que la cellule de crise du ministère enregistre les témoignages et dénonciations, et que ce dossier fera l'objet de discussions entre Athènes et le gouvernement de Tel Aviv.

Enfin, le ministère informe que "les communications entre Athènes et Israël ne sont pas interrompues afin de sauver la procédure de paix, et si certainement ces événements assombrissement cette procédure, elle ne doit pas toutefois être suspendue, car la grande question est la paix au Proche-Orient", alors que M. Delavekouras a confirmé que le raid armé contre les bateaux du Mouvement pour Gaza a bien eu lieu dans les eaux internationales par l'armée israélienne.

i-GR/ANA-MPA

Total de votes : 0

Commentaires

Photo de Anonyme

les bateaux on été envoyer en provocation contre Israel et je ne croit pas que si il sagirait d'un autre pays il seraient rester les bras croisés envers la meme situation en plus presque toutes les personnes qui si trouvaient ètaient pour la pluparts des palestiniens ayent pris la nationalité du pays ou ils résident,bien sur que la situation des palestiniens est dramatique mais pourquoi fortifient ils cette situation au lieu de dialogué mais pas de dire une chose et de penser une autre.

Ajouter un commentaire