Congrès du PASOK : Papandreou tend la main au Synaspismos

papandreou tsipras

La soudaine poussée du Synaspismos (gauche radicale) à plus de 17%, donne les vertiges aux socialistes du PASOK dont le président, Georges Papandréou, a ouvert jeudi soir le 8e congrès du PASOK, en proposant une coopération renforcée entre les deux formations.

M. Papandréou a ainsi annoncé de grands changements au sein de la société et de l'économie et présenté les grands axes d'une nouvelle stratégie nationale tout en critiquant le gouvernement de la ND et évoquant les "différences entre les partis progressistes et conservateurs".

M. Papandréou a en outre entrouvert la porte au Synaspismos (coalition de la gauche radicale) en vue d'une coopération tout en affirmant que "l'objectif du PASOK est la conquête de l'autonomie, précisant à ce sujet que les solutions ne peuvent être apportées par les coalitions de partis, mais par un gouvernement fort qui toutefois peut rechercher des voies de coopération avec d'autres partis comme le Synaspismos".

M. Papandreou a proposé comme premier pas de rapprochements entre le PASOK et le Synaspismos une coopération au niveau des groupes parlementaires des deux partis qui viseraient à maintenir des contacts et concertations constants et à agir de concert.

"L'axe principal de la nouvelle stratégie nationale du PASOK est l'Etat social qui garantit le développement", a affirmé M. Papandréou soulignant que "ceci ne constitue pas seulement un engagement mais encore une condition indispensable pour la création d'un nouveau modèle de développement qui apportera la confiance au citoyen".

Passant au chapitre de la politique étrangère, il a souligné que la position de la Grèce au sein de l'Europe et sur la scène internationale doit être rétablie et le pays doit à nouveau revendiquer un rôle dynamique sur l'échiquier mondial, précisant que le PASOK a prouvé qu'il peut l'obtenir.

M. Papandréou a également exprimé l'espoir que les élections présidentielles américaines garantiront un gouvernement démocrate qui appliquera une diplomatie de dissuasion et non de guerres préventives, ajoutant que les USA ne peuvent imposer ce qu'ils veulent et que leur croissance économique est basée sur le surendettement.

S'agissant des développements dans la région du SE de l'Europe, M. Papandreou a salué l'élection de M. Christofias à la présidence de Chypre, tandis qu'en ce qui concerne les Balkans il a critiqué le gouvernement l'accusant d'avoir fait perdre à la Grèce le rôle important qu'elle détenait à cause de l'attitude craintive montrée par la ND avec pour résultat l'impasse actuelle dans l'appellation de la FYROM ou le véto s'impose. Il a insisté sur le fait que outre la détermination géographique, la Grèce ne peut accepter aucune autre forme de concession.

Au sujet du Kosovo, il a observé que sa reconnaissance unilatérale constitue une violation flagrante du droit international et ajouté que l'insistance de la Grèce en l'application du droit international constitue "une position profondément patriotique".

Enfin, en ce qui concerne la Turquie, le président du PASOK a indiqué que son parti avait toujours observé une position de principes face au pays voisin et posé la question des relations greco-turques au niveau de l'UE et du droit international et non au niveau du conflit et des affrontements militaires ainsi que le voulait la Turquie.

i-GR/ANA-MPA

Total de votes : 0

Ajouter un commentaire