Débat houleux au Parlement sur la gestion des fonds de réserve des mutuelles

tsitouridis

Le ton est monté lors de la séance marathon en commission des Affaires sociales du Parlement, qui avait invité, pour information relativement à la gestion des fonds de réserve des caisses de sécurité sociale, le ministre de l'Emploi, Savvas Tsitouridis, le secrétaire chargé de la coordination et de la supervision des caisses, Evgenios Papadopoulos, et le vice-gouverneur de la Banque de Grèce, Panagiotis Thomopoulos. Une information qui faisait suite aux révélation de la presse sur 30 millions d'euros perdus par les mutuelles lors d'un placement en obligations d'Etat.

Dans son intervention, M. Tsitouridis a parlé de "l'effort de certains de créer un climat d'insécurité, soit par ignorance, soit par intérêt", soutenant que "le gouvernement garantit que pas un seul euro ne sera perdu", qu'"aucun danger n'est encouru par les caisses et qu'aucun citoyen ne perdra sa retraite". "Il n'y a jamais eu de recommandation à aucune caisse sur la façon d'investir", a renchéri le ministre, assurant encore que "si certains ont profité du cadre institutionnel vieux et désuet, nous les trouverons et les ferons payer".

Répondant aux vives critiques des députés de l'opposition, et surtout du député du PASOK, Maria Damanaki, concernant l'existence de responsabilités politiques, M. Tsitouridis a déclaré que le gouvernement "fonctionne de manière unifiée et collective", rappelant encore que le premier ministre a d'ores et déjà donné des explications au Parlement sur cette affaire, tout comme le ministère de l'Economie. "Si quelqu'un pense que le gouvernement pouvait cligner de l'oeil aux directions des caisses, en majorité des partenaires sociaux, aux sociétés de courtage et aux banques, il surestime alors les possibilités de ce gouvernement et de tout gouvernement", a-t-il ajouté.

De son côté, Mme Damanaki a rejeté les allégations du ministre et soutenu que le PASOK ne veut pas en faire le bouc émissaire, mais simplement dévoiler ses responsabilités.

"Nous ne considérons pas qu'il est le seul ou le principal responsable du scandale. Le ministre de l'Economie aussi, M. Alogoskoufis, mais aussi au moins le secrétaire d'Etat à l'Economie, M. Doukas, ont les mêmes responsabilités. Mais le principal responsable de tout cela est le premier ministre", a soutenu Mme Damanaki.

Les caisses professionnelles de sécurité sociale, et notamment la mutuelle des fonctionnaires, avaient été flouées dernièrement par des courtiers lors du placement de 280 millions d'euros d'obligations de l'Etat grec revendues 36 millions plus cher 48 heures après leur émission. L'affaire s'était déroulée en toute discrétion jusqu'à ce que la presse n'en révèle les contours à la mi-mars.

i-GR/ANA-MPA

Total de votes : 0

Ajouter un commentaire