Papandreou devant les partis socialistes des pays balkaniques : nous n'avons pas su régler seuls nos problèmes.

"Dans les Balkans nous avons une mauvaise expérience: le grand nombre d'interventions des grandes puissances, non seulement dans les siècles passés, mais aussi ces dernières années, et d'une manière ou d'une autre et pour quelles que soient des raisons pour lesquelles elles aient eu lieu. Cela démontre que nous n'avons pas pu régler nous mêmes nos problèmes", a dit le président du PASOK (parti socialiste grec), Georges Papandreou, dans son allocution à la session des partis socialistes des Balkans qui s'est tenue samedi à Bucarest.


"Nous devons travailler ensemble pour résoudre nos problèmes, nous devons trouver des solutions acceptables mutuellement, qu'il s'agisse du Kosovo, de la Serbie-Montenegro, voire de nos relations avec la FYROM, la question chypriote ou toute autre question", a encore dit M. Papandreou.

Considérant que les Etats-Unis "souhaiteraient mettre fin à la question des Balkans le plus rapidement possible", le président du PASOK a insisté que "ceci ne doit pas se faire par des actions unilatérales". "Nous devons faire passer le message à la communauté internationale qu'ils (les Etats-Unis) doivent travailler avec toutes les parties", soulignant que "l'UE doit s'impliquer toujours plus dans la région et assumer ses responsabilités".

M. Papandreou a conclu que l'adhésion de la Roumanie et de la Bulgarie à l'UE aiderait à consolider la stabilité dans les Balkans.

i-GR/ANA

Total de votes : 0

Ajouter un commentaire