Vacances et coronavirus: ce qu'il faut savoir avant de partir en Grèce cet automne

Les voyageurs français n'ont pas à fournir de test préalable pour entrer en Grèce, mais plusieurs formalités sont nécessaires. L'épidémie de coronavirus s'aggrave mais reste contenue, et le gouvernement joue la prudence.

Soleil, patrimoine et bonne humeur. Depuis plusieurs années, la Grèce s'impose comme une destination de plus en plus prisée en arrière-saison. L'effervescence culturelle d'Athènes, la possibilité de faire trempette jusqu'à la mi-octobre en Crète ou dans les Cyclades... Malgré le Covid-19, le constat reste d'actualité. D'autant que le pays demeure à ce jour, comme le Portugal, l'un des plus facilement accessible aux voyageurs français. Concrètement, il n'y a pas à fournir au préalable un test négatif datant de moins de 48 ou 72 heures.

À lire aussi : Obtenir un test PCR à temps pour voyager : mission impossible ?

Mais au pays de Socrate, le parti pris est de miser sur la sagesse. « Mieux vaut trop de mesures, que pas assez, avant une éventuelle deuxième vague», prône le gouvernement. Il faut dire que la Grèce est, jusqu'à présent, l'une des zones les plus épargnées d'Europe. Son bilan reste honorable, ce pays de 10,5 millions d'habitants...

Ajouter un commentaire