Le scandale des «passeports dorés» agite toujours Chypre

Environ 4000 investisseurs étrangers, pas tous irréprochables, ont obtenu un sésame européen controversé.

C'est sans doute une affaire dont Chypre se serait bien passée en ce moment. Les menaces ouvertes de la Turquie, qui veut étendre son influence maritime dans toute la région, auraient dû seules mobiliser les autorités. Mais un autre dossier épineux vient s'y ajouter: le scandale des passeports dorés. La procédure, initiée en 2007, est simple: elle permet à de riches investisseurs d'obtenir un passeport européen, en l'espèce chypriote, moyennant l'achat d'un bien immobilier de 2,5 millions d'euros. La pratique existe dans quelques pays d'Europe, dont le Portugal, qui en a octroyé quelque 22.000 en dix ans, mais le laxisme des autorités chypriotes a permis à nombre d'investisseurs douteux d'obtenir un titre européen, sans besoin de résider sur l'île. La plupart n'y ont d'ailleurs jamais mis les pieds et passent par des cabinets d'avocats spécialisés, qui fleurissent à Chypre. «Cette pratique a connu son apogée en 2013, quand l'île commençait à sortir d'une crise économique et bancaire douloureuse.

Ajouter un commentaire