Comment Florence Parly veut minimiser l'impact du contrat Rafale en Grèce pour l'armée de l'air

"On essaie de jouer sur l'ensemble des paramètres pour vraiment paralyser les conséquences d'un prélèvement réalisé sur la flotte de l'armée de l'air, a expliqué au Sénat la ministre des Armées, Florence Parly. Je suis assez confiante sur le fait que ces impacts seront le plus limités possibles aussi bien pour l'armée de l'air que pour le budget du ministère des armées". (Crédits : Dassault Aviation)

"On essaie de jouer sur l'ensemble des paramètres pour vraiment paralyser les conséquences d'un prélèvement réalisé sur la flotte de l'armée de l'air, a expliqué au Sénat la ministre des Armées, Florence Parly. Je suis assez confiante sur le fait que ces impacts seront le plus limités possibles aussi bien pour l'armée de l'air que pour le budget du ministère des armées". (Crédits : Dassault Aviation)

On commence à en savoir un peu plus sur comment le ministère des Armées souhaite minimiser l'impact de l'exportation des Rafale à la Grèce pour l'armée de l'air. Dassault Aviation va devoir "accélérer les cadences de production" pour livrer les Rafale aux aviateurs dès 2022, affirme-t-on dans l'entourage de Florence Parly. Interrogée mardi au Sénat, la ministre des Armées a précisé qu'à la suite des livraisons en 2022 à la Grèce des six Rafale neufs au standard F3R, les 28 Rafale F3R destinés à l'armée de l'air française (tranche 4T2) seront livrés entre avril 2022 et fin 2024. Comme ce qui était prévu initialement. Soit 34 Rafale à livrer en trois ans pour une cadence de 11 appareils environ. Une cadence que connait très bien Dassault Aviation...

"Est-ce que...

Suivez La Tribune
Partageons les informations économiques, recevez nos newsletters

Je m'inscris

Ajouter un commentaire