"Une honte", "on ne mettrait même pas des animaux dans ces camps": les eurodéputés très critiques après l'incendie de Moria

Les eurodéputés ont sévèrement critiqué jeudi l'attitude de la Commission et du Conseil (Etats membres) sur le plan migratoire, lors d'un débat en plénière au Parlement européen consacré au récent incendie qui a détruit le camp de Moria, sur l'île grecque de Lesbos. Face à la commissaire européenne compétente Ylva Johansson, dont on attend la semaine prochaine une proposition de nouveau "pacte migratoire" européen, la plupart des groupes politiques de l'assemblée ont exprimé leur sentiment que Moria et les autres camps sont surtout une "honte" pour l'Europe. Dans la manière dont l'UE gère ces dernières années les arrivées de candidats à l'asile via la mer Méditerranée, "on perd la dignité même du projet européen", a tranché Iratxe García Pérez, présidente du groupe S&D (sociaux et démocrates), l'une des premières à prendre la parole. "Depuis des années, le Conseil bloque une position commune qui se substituerait aux solutions d'urgence", rappelle-t-elle, soulignant que les députés avertissent depuis longtemps que "Moria est un enfer". "Mais rien n'a été fait".

Depuis des années en effet, l'UE ne parvient pas à accorder ses pays membres sur une réforme du règlement de...

Ajouter un commentaire