En achetant des Rafale, la Grèce exploite le point faible de la Turquie

Enfin ! Près de vingt ans après sa mise en service en France, le Rafale a été acheté par un autre pays européen. La Grèce a annoncé samedi 12 septembre son intention d'acquérir dix-huit appareils et leurs armements : de quoi mener la vie dure à la vieillissante aviation turque. Dans le contexte des tensions exacerbées en Méditerranée orientale, Athènes veut aller vite : douze appareils d'occasion seront donc prélevés à l'armée de l'air française et devraient être livrés dès mi-2021, alors que six autres neufs seront livrés d'ici à 2022, probablement avec le standard plus moderne F3R capable de mettre en œuvre les missiles à longue portée Meteor.

Lire aussi Erdogan et les « cent nuances de zones grises » contre la Grèce

En modernisant son aviation, la Grèce frappe un grand coup là où cela fait mal pour la Turquie. En effet, si la marine et l'armée de terre turques sont indiscutablement supérieures à leurs équivalents grecs, il n'en est pas forcément de même dans les cieux. Les avions turcs sont vieux : d'antiques chasseurs bombardiers F-4 de la guerre du Vietnam côtoient des chasseurs F-16 certes modernisés, mais qui gardent les limites d'un avion...

Commentaires

Ajouter un commentaire

Ça pourrait aussi vous intéresser...