Sur l’île grecque de Kalymnos, la menace turque est omniprésente

REPORTAGE - Face aux récentes provocations d'Ankara dans la région, cette île du Dodécanèse revit l'escalade de 1996 quand les Turcs avaient hissé leur drapeau sur l'îlot voisin d'Imia.

En arrivant au port de Kalymnos, situé entre les très prisées Kos et Rhodes, le bleu et le blanc dominent. Ces couleurs sont d'autant plus marquantes qu'elles n'apparaissent pas sur les maisons, aux tons plutôt vivaces, contrairement aux autres îles, où le blanc de la chaux et les volets bleu Matisse sont la règle.

À lire aussi : Tensions en Méditerranée: les ambitions d'Erdogan dépassent le bras de fer avec Athènes

Non, sur la montagneuse Kalymnos, ces couleurs se déploient sur le drapeau grec qui s'impose partout: dans les cafétérias, les boutiques, et y compris sur les deux flancs de montagne qui encerclent le port. «Les Grecs n'en font pas autant quand le gouvernement leur demande de hisser le drapeau sur leur balcon le jour de la fête nationale!» s'étonne une touriste grecque en découvrant l'île. Angelos Olympitis, dirigeant de l'hôtel Olympic, va même plus loin. «J'ai peint un énorme drapeau sur le toit de mon hôtel, pour que les avions de...

Ajouter un commentaire

Ça pourrait aussi vous intéresser...