Sur l’île de Lesbos, des réfugiés passés «de la misère à la souffrance»

Suffoquant sous la chaleur des tentes dans le camp de Moria, sur l'île égéenne de Lesbos, Mohamed Akberi, 21 ans, a entendu parler d'un prochain départ de réfugiés vers Kavala dans le nord de la Grèce. Le gouvernement de Kyriakos Mitsotakis a annoncé le transfert dès lundi de 1500 réfugiés vers le continent.

«J'espère sortir vite de cet enfer», déclare le jeune Afghan, arrivé il y a cinq jours. «Mais les autorités donnent la priorité aux familles et aux personnes malades, je risque malheureusement d'attendre longtemps», confie-t-il à l'AFP.

La route qui mène au camp de Moria. Angelos Tzortzinis/AFP Plus de 3000 arrivées en août

Le camp de Moria, centre d'enregistrement et d'identification de Lesbos, héberge déjà près de 11 000 personnes, soit quatre fois la capacité évaluée par le HCR. Le nombre de migrants n'a cessé d'y grossir cet été. Sur l'île proche des côtes turques, le Haut commissariat aux réfugiés (HCR) de l'ONU parle de «plus de 3000 arrivées rien qu'au mois d'août».

Lire également: En Méditerranée, plus de migrants vers la Grèce mais beaucoup moins vers l'Italie

Le camp de Moria.  Giorgos Moutafis/Reuters

Jeudi...

Explorez...

Ajouter un commentaire