Grèce: à Lesbos, les migrants ont supplanté les touristes

REPORTAGE - Le pic de la vague migratoire est passé. Pourtant, les touristes ont déserté cette île grecque où continuent d'affluer des migrants, hébergés dans des camps bondés dans des conditions sanitaires difficiles. Et provoquant le ressentiment des Grecs.

Envoyée spéciale à Lesbos

Lorsqu'il relate son histoire, Mohamed * garde les yeux rivés sur les navires gris des garde-côtes, stationnés dans le petit port de Mytilène, chef-lieu de Lesbos. Camerounais anglophone, il vit sur l'île depuis novembre, comme 7 400 autres migrants. Accusé à tort d'appartenir à une milice armée, l'homme de 28 ans a quitté son village un matin de septembre pour échapper à des militaires, en pleine crise anglophone.

«S'ils vous suspectent, ils vous exécutent. Alors je me suis enfui à travers les buissons, raconte-t-il. Ma femme et mes filles d'un et cinq ans n'ont pas pu me suivre. Elles vivent actuellement cachées au Nigeria.» De Douala, il se procure un visa «pour aller n'importe où». Ce sera l'Iran en avion, puis la Turquie en camionnette où il est détenu un mois, faute de papiers, avant de traverser ce bras de mer Égée, d'Izmir à Lesbos. «Je ne savais pas où j'allais,...

Ajouter un commentaire