Un ministre grec "respecte" la "vision" chinoise des droits de l'homme

Le ministre grec des Affaires Étrangères, Nikos Kotzias, a appelé jeudi au "respect" de la "vision" chinoise des droits de l'homme, tout en niant que son pays ait bloqué par intérêt économique des condamnations de la Chine par l'UE. "Je respecte (le fait) que les Chinois aient une vision différente sur les droits de l'homme", a affirmé le ministre au cours d'une conférence de presse. "Pour l'Occident, les droits de l'homme ont une valeur générale, mais d'autres ont un autre avis, nous devons le respecter (...) tous ne croient pas ce que nous croyons", a-t-il ajouté.

Il était interrogé sur la complaisance présumée de son pays envers Pékin, sur fond d'investissements chinois en Grèce. En juin, Athènes avait bloqué un communiqué européen dénonçant les violations des droits de l'homme en Chine, à l'occasion d'une session du Conseil des droits de l'homme de l'ONU.

La Grèce avait aussi en 2016 contribué à empêcher une condamnation par l'UE de l'agressivité chinoise en matière territoriale dans la mer de Chine.

Dans le premier cas, accuser la Grèce d'arrière-pensées économiques est "hypocrite", le pays ne représentant que 0,7% des investissements chinois dans l...

Explorez...
Personnes: 

Ajouter un commentaire