Endetté, le plus gros quotidien grec cesse de paraitre

La parution de deux importants journaux grecs, dont Ta Nea, plus gros tirage quotidien du pays, va être interrompue, en raison des problèmes d'endettement du groupe qui les possède, Lambrakis (DOL), a annoncé samedi celui-ci.

"L'hebdomadaire To Vima et le quotidien Ta Nea sont contraints de cesser leur publication dans quelques jours pour des raisons financières", indique la direction de DOL dans un communiqué, sous le titre "Qui sont ceux qui étranglent la presse?"

DOL "n'a pas de ressource disponible et ne peut donc soutenir l'impression de ses journaux, ni, évidemment, assurer le bon fonctionnement des autres médias qu'il détient", ajoute le communiqué.

DOL, qui possède Ta Nea (centre, tirage de 14.000 exemplaires), To Vima, de nombreux magazines, des sites d'information et la radio Vima FM, n'a pu assurer en décembre l'échéance de remboursement de sa dette de 99 millions d'euros.

Le directeur de To Vima, Antonis Karakoussis, avait révélé les difficultés du groupe sur le site de l'hebdomadaire le 11 janvier, des problèmes dus selon lui à la crise que la Grèce traverse depuis 2010, et qui a déjà conduit à la fermeture de nombreux médias.

Explorez...
Pays: 

Ajouter un commentaire