Dans l'ancien hôtel Plaza d'Athènes, 350 réfugiés réapprennent à vivre

Si pour l'Etat, c'est légal qu'un enfant dorme sur le tarmac du port du Pirée et illégal qu'il dorme au chaud dans un lit dans un hôtel squatté, alors on préfère l'illégalité." A l'hôtel Plaza, une bâtisse abandonnée en plein centre d'Athènes depuis sept ans et squattée depuis deux mois, ils sont plusieurs à partager cet avis. Plus de 350 personnes vivent là. Des familles de Syriens, d'Afghans, de Kurdes, et autres damnés de la guerre ou de la misère, qui ont fui leur pays. Des volontaires grecs se relaient jours et nuit pour assurer la sécurité de tout ce petit monde. "La première chose que l'on a faite, c'était de remettre en état l'électricité et installer des extincteurs à tous les étages", explique fièrement Giannis Androulidakis, au cœur du projet. "On s'est préparé des mois avant. Rien n'a été laissé au hasard."

Les dons de l'étranger et la mobilisation des Grecs assurent trois repas par jour, mais la préoccupation majeure reste les très nombreux enfants. "Les institutrices du coin nous aident. Elles viennent ici donner des cours d'apprentissage et travaillent sur un pied d'égalité avec des réfugiés qui, dans leur vie d'avant, étaient dans l'enseignement."

...

Explorez...
Ville: 

Ajouter un commentaire