En Grèce, les néonazis d'Aube dorée tirent profit de l'éparpillement des voix

Nikos Michaloliakos, le leader du parti néonazi Aube dorée, pendant un meeting à Athènes le 16 septembre.

Nikos Michaloliakos, le leader du parti néonazi Aube dorée, pendant un meeting à Athènes le 16 septembre.

Le parti de la gauche radicale Syriza est arrivé en tête au scrutin du dimanche 20 septembre en Grèce. Avec 35,47 % des voix, il fait beaucoup mieux qu'annoncé par les sondages et fait entrer 145 députés au parlement. Les conservateurs de Nouvelle Démocratie (ND) suivent ensuite avec 28,09 % des voix et 75 députés.

Première leçon de ce scrutin : les Grecs ont choisi de reconduire un gouvernement dominé par la gauche radicale. Mais l'autre enseignement, c'est la fragmentation du paysage politique. Huit formations politiques vont siéger au parlement. Un phénomène dont l'ampleur n'avait pas été annoncée non plus par les sondages.

  • Aube dorée, un parti néonazi sous pression judiciaire

En récoltant 6,99 % des voix, Aube dorée reste la troisième force politique du pays. Le parti néonazi compte désormais 18 députés au parlement soit un de plus que lors des dernières élections législatives, en janvier 2015. Malgré ses déboires judiciaires, Aube dorée dispose donc désormais d'un électorat stable. Sensible à la fois à sa rhétorique antimigrants mais aussi à son discours antiaustérité. Aube dorée est désormais la principale force opposée au...

Explorez...
Pays: 

Ajouter un commentaire