Comment Tsipras a gagné la guerre de la communication

Le gouvernement grec a réussi à "retourner" l'opinion publique grâce à des techniques de communication modernes. Une leçon pour les dirigeants européens.

Dans la catégorie "ils auraient mieux fait de se taire", voici le président de la Commission, Jean-Claude Juncker, et le social-démocrate allemand Martin Schulz, président du Parlement européen. Pour rappel, les deux hommes politiques ont appelé les Grecs à voter "oui" aux mesures de la Troika. Des sorties totalement contre-productives et maladroites, selon Nicolas Beygert, expert en communication et en information. "À chaque sortie communicationnelle, Juncker et Schulz, qui représentent ce visage froid de la technocratie européenne, n'ont fait que renforcer l'approbation des Grecs envers leur gouvernement. Quand Juncker dit aux Grecs : 'Il ne faut pas se suicider parce qu'on a peur de la mort', il fait preuve d'un manque d'empathie assez formidable."

La suite de cet article à découvrir dans notre "Sélection LaLibre.be" (à partir de 4,83 euros par mois).

Explorez...

Ajouter un commentaire