Grèce : le procès des néonazis d'Aube dorée suspendu

Les députés du parti Aube dorée en février, dans l'enceinte du Parlement grec, la Vouli.

Les députés du parti Aube dorée en février, dans l'enceinte du Parlement grec, la Vouli.

Le procès historique de plusieurs dizaines de membres et sympathisants du parti néonazi Aube dorée, jugés pour appartenance à une « organisation criminelle » a été suspendu quelques heures après son ouverture lundi 20 avril. Il doit reprendre le 7 mai. La justice devra évaluer si Aube dorée répond aux critères d'une formation « criminelle », un verdict qui menace directement l'existence de ce parti, troisième force politique du pays.

Près de 70 personnes sur le banc des accusés

Soixante-neuf prévenus - membres, sympathisants ou représentants d'Aube dorée - sont renvoyés devant le tribunal. Parmi eux, les 18 députés néonazis élus aux législatives de juin 2012 (dont 13 sont toujours parlementaires aujourd'hui), dont le chef du parti, Nikolaos Michaloliakos, l'ancien porte-parole Elias Kassidiaris ou encore le parlementaire Christos Pappas. La plupart de ces députés avaient été interpellés lors d'un vaste coup de filet, en septembre 2013. Neuf d'entre eux ont été placés en détention provisoire, d'une durée légale de dix-huit mois en Grèce.

Ces responsables seront jugés pour « constitution et appartenance à une...

Explorez...

Ajouter un commentaire