Jean-Claude Juncker: «La demande grecque ouvre la voie à un compromis raisonnable»

Jean-Claude Juncker © Reporters

Jean-Claude Juncker © Reporters

Le gouvernement grec a proposé à Bruxelles une prolongation de six mois de « l'accord de prêt » européen qui n'inclut pas la prorogation du « mémorandum » en cours, synonyme d'austérité, mais s'engage durant cette période à « l'équilibre budgétaire », a indiqué jeudi une source gouvernementale. Selon la Commission européenne, cette demande «  ouvre la voie à un compromis raisonnable  ».

Un signal « positif »

La lettre du gouvernement grec demandant à la zone euro une extension de l'accord d'assistance financière est un signal «  positif  », estime le président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker.

«  M. Juncker a eu des contacts nombreux toute cette nuit et il a vu des signaux positifs ce matin dans la lettre, qui ouvre la voie à un compromis raisonnable dans l'intérêt de la stabilité  », a indiqué lors d'un point de presse Margaritis Schinas, porte-parole de la Commission, citant M. Juncker.

Convenir à la Grèce? et à la direction de l'Eurogroupe

Le gouvernement d'Alexis Tsipras, « en ligne avec ses promesses, n'a pas demandé la prolongation du mémorandum »,...

Explorez...

Ajouter un commentaire