«Lutte révolutionnaire» revendique l'attentat contre M. Voulgarakis et annonce la suite

L'organisation « Lutte révolutionnaire » a revendiqué jeudi dans un document de 11 pages publié par l'hebdomadaire satirique Pontiki l'attentat terroriste du mardi 30 mai contre le ministre de la Culture, Georgios Voulgarakis, et a annoncé d'autres attentats contre des cibles politiques et économiques. Une bombe de forte puissance avait explosé le 30 mai à proximité du domicile du ministre au centre d'Athènes quelques minutes avant sa sortie et causé des dégâts matériels mais aucune victime.


L'organisation justifie le choix de M. Voulgarakis par le fait que « lorsqu'il était ministre de l'Ordre public, l'État grec a renforcé l'ordre sécuritaire - l'organisation des JO jouant un rôle catalyseur -, et comme chef de la police, il est responsable de crimes envers le peuple, ses droits et ses libertés, comme lors des écoutes téléphoniques et des enlèvements de travailleurs pakistanais. »

Les rédacteurs du tract s'attaquent également violemment au premier ministre, Costas Caramanlis, au ministre des AE, Dora Bakoyannis, et à celui de la Défense, Evanghelos Meimarakis, en leur reprochant l'intégration de la Grèce dans la « mondialisation néolibérale. »

« Lutte révolutionnaire » est considéré comme le successeur de la fameuse organisation terroriste du « 17 novembre » théoriquement démantelée à la veille des JO d’Athènes.

i-GR/ANA-MPA

Total de votes : 0

Ajouter un commentaire