Forum des associations philhellènes de France à Marseille

Le consulat général de Grèce à Marseille organise les 11 et 12 novembre à Marseille le 3e Forum du Comité de liaison des associations philhellènes de France-CLAP, avec à l'ordre du jour la création d'un Centre culturel grec à Marseille, l'expansion de l'enseignement du grec en France et le rapprochement culturel entre la France et la Grèce. Des objectifs généreux qui masqueront une fois de plus les difficultés dans lesquelles se débattent les associations et le véritable problème de l'enseignement du grec en France.


"La 3e rencontre a lieu dans une ville-port éminemment grecque , avec une histoire et une tradition, de l'hellénisme et de la vivacité méditerranéenne", a souligné le consul général de Grèce à Marseille, Petros Panagiotopoulos, mettant également en relief le rôle déterminant de 30 associations et plus réparties dans toute la France dans le resserrement des relations culturelles bilatérales.

Une table ronde, le 12 novembre, aura pour but de dialoguer sur la capacité d'obtenir que le grec moderne soit introduit dans les collèges et lycées français comme troisième langue vivante optionnelle, comme c'est déjà le cas dans un lycée de Marseille. A cet effet, une déclaration écrite sera signée pour être adressée ensuite aux ministères de l'Education des deux pays. Mais quid du grec ancien qui est entré dans une phase de mort accélérée ? Et quoi de neuf du côté de l'enseignement du grec moderne aux jeunes Grecs issus de l'immigration ? Comment vouloir enseigner le grec aux élèves Français, quand on ne sait même pas le rendre attractif aux petits Greco-français !

Cette rencontre, qui fait suite au "succès" des congrès de Bordeaux et de Montpellier, sera présidée par Pierre Echinard, membre de l'Académie de Marseille, et co-présidée par les présidents des deux (!) associations grecques de Marseille - Union hellénique et Communauté hellénique, MM. Arcatzou et Petalas. Parmi les orateurs figure le président de la Fédération des associations grecques de France, Vassilis Florakis. Sûrement que les associations institutionnalisées "porteurs de l'hellénisme de la diaspora", les fameux "φορείς" qu'on ne voit sortir de leur léthargie qu'à pareils occasions, feront entendre leur voix et faire valoir leur "œuvre", mais espérons que toutes les autres associations qui forment le véritable tissu de l'animation culturelle franco-hellénique et cultivent le philhellénisme au quotidien, du moins celles qui auront pu se rendre à Marseille, ne partiront pas avec la frustration qu'elles y sont allées pour rien, comme lors des éditions précédentes.

La Grèce sera représentée par le secrétaire spécial à l'Enseignement interculturel du ministère de l'Education, Ismini Kriari, alors que des messages seront adressés par le président de la République, Carolos Papoulias, la présidente du Parlement, Anna Psarouda-Benaki, le ministre des Affaires étrangères, Petros Molyviatis, et le secrétaire d'Etat, Panagiotis Scandalakis, qui fut à l'initiative du soutien financier de ce forum. Comme quoi, il a y toujours de l'argent au secrétariat d'Etat aux Grecs de l'étranger ! A moins que ce n'ait été pris sur les économies réalisées sur les frais de déplacement de M. Scandalakis lequel, malgré des liens amicaux et familiaux en France, réserve ses visites aux contrées d'immigration où les communautés grecques sont électoralement plus payantes que la France.

Total de votes : 0

Ajouter un commentaire