Aristote ,plus actuel que lui tu meurs

3 contributions / 0 nouveau(x)
Dernière contribution
profil sans photo
Aristote ,plus actuel que lui tu meurs

Usure

L'acquisition des biens étant double, comme nous l'avons vu, c'est-à-dire à la fois commerciale et domestique, celle-ci nécessaire et estimée à bon droit, celle-là dédaignée non moins justement comme n'étant pas naturelle, et ne résultant que du colportage des objets, on a surtout raison d'exécrer l'usure, parce qu'elle est un mode d'acquisition né de l'argent lui-même, et ne lui donnant pas la destination pour laquelle on l'avait créé. [b]L'argent ne devait servir qu'à l'échange; et l'intérêt qu'on en tire le multiplie lui-même, comme l'indique assez le nom que lui donne la langue grecque. Les pères ici sont absolument semblables aux enfants. L'intérêt est de l'argent issu d'argent, et c'est de toutes les acquisitions celle qui est la plus contraire à la nature.[/b]

Speculation lucrative de Thales et monopole

Je citerai ce qu'on raconte de Thalès de Milet ; c'est une spéculation lucrative, dont on lui a fait particulièrement honneur, sans doute à cause de sa sagesse, mais dont tout le monde est capable. Ses connaissances en astronomie lui avaient fait supposer, dès l'hiver, que la récolte suivante des olives serait abondante ; et, dans la vue de répondre à quelques reproches sur sa pauvreté, dont n'avait pu le garantir une inutile philosophie, il employa le peu d'argent qu'il possédait à fournir des arrhes pour la location de tous les pressoirs de Milet et de Chios ; il les eut à bon marché, en l'absence de tout autre enchérisseur. Mais quand le temps fut venu, les pressoirs étant recherchés tout à coup par une foule de cultivateurs, il les sous-loua au prix qu'il voulut. Le profit fut considérable ; et Thalès prouva, par cette spéculation habile, que les philosophes, quand ils le veulent, savent aisément s'enrichir, bien que ce ne soit pas là l'objet de leurs soins.

On donne ceci pour un grand exemple d'habileté de la part de Thalès ; mais, je le répète, cette spéculation appartient en général à tous ceux qui sont en position de [b]se créer un monopole[/b]. Il y a même des États qui, dans un besoin d'argent, ont recours à cette ressource, et [b]s'attribuent un monopole général de toutes les ventes.[/b]
Un particulier, en Sicile, employa les dépôts faits chez lui à acheter le fer de toutes les usines; puis, quand les négociants venaient des divers marchés, il était seul à le leur vendre ; et, sans augmenter excessivement les prix, il gagna cent talents pour cinquante.
Denys en fut informé; et tout en permettant au spéculateur d'emporter sa fortune, il l'exila de Syracuse pour avoir imaginé une opération préjudiciable aux intérêts du prince. Cette spéculation cependant est au fond la même que celle de Thalès : tous deux avaient su se faire un monopole[b]. Les expédients de ce genre sont utiles à connaître, même pour les chefs des États[/b]. [b]Bien des gouvernements ont besoin, comme les familles, d'employer ces moyens-là pour s'enrichir[/b] ; et [b]l'on pourrait même dire que c'est de cette seule partie du gouvernement que bien des gouvernants croient devoir s'occuper[/b].

Allez lire la traduction de la Politique d Aristote du site de Remacle

http://remacle.org/bloodwolf/philosophes...

Il vous etonnera de sa modernite,ses critiques et sa philosophie concernant,l Etat,la societe,la famille,les communautes et le commerce est edifiante et nous montrent comment notre system capitaliste en est arrive la,dans ses bourbiers actuelles qu ils soient economique, incivique, identitaires,communautaires ou de lutte de classe etc etc

Il est non seulement d actualitee et en plus nous donnent meme les differents scenarios qui vont venir

Ta leme

profil sans photo
Je reponds à Aristote

Salut Alex, je me permets répondre à cette charge anticapitaliste précoce.

De quoi va vivre celui qui prête de l'argent s'il n'a pas le droit de toucher un intérêt ? Qui va le payer pour les risques qu'il prend ?

L'usure (prêt avec intérêt) est bénéfique pour l'emprunteur et le prêteur et a permis depuis presque la nuit des temps d'accomplir des choses impossible sans cela.
Le code d'Hammurabi prévoyait déjà la régulation des taux autorisés.

Au Moyen Age, les religions monothéistes l'ont interdit pour des raisons morales, surtout le Coran. Une des raisons pour laquelle les juifs étaient persécutés en Europe est qu'ils pratiquaient l'usure, ce qui était mal vu.

Néanmoins, cette pratique s'est peu a peu libéralisé et a permis l'émergence des banques. Ce système a permis de financer de nombreux projets bon ou mauvais : Exploration, acquisition de biens pour ceux qui ne possèdent pas assez d'argent, guerres... Émergence d'une classe moyenne entre les éternels seigneurs et gueux.

En Chine, depuis seulement 20 ans, le capitalisme a permis à 300 millions d'individus d'accéder à la classe moyenne !!! Ceux-ci peuvent enfin manger et se vêtir correctement, envoyer leurs enfants faire des études, leur éviter de devoir subir la même existence misérable que leur parents. Certes, sur une population de 1 milliard 400 millions de personnes on est encore loin du compte, mais on ne peut pas rester aveugle devant tant de progrès accompli.

Au Mexique, depuis la signature de l'ALENA,(accord de libre échange entre les USA, Mexique et le Canada) et les politiques de libéralisation de l'économie, ce pays s'est hissé au rang de 8ème puissance commerciale du monde. Pendant tout le XXème siècle son économie était de type socialiste, planifiée.

Je pourrais parler de l'Inde, du Brésil, et de bien d'autres pays, même du Vietnam communiste qui a aussi libéralisé son économie.

"L'usure", ce n'est qu'un outil. Ce qui compte c'est ce qu'on fait de l'argent. C'est logique, monsieur Aristote. Mieux vaut responsabiliser plutôt que d'infantiliser les gens en leur interdisant de faire ceci ou cela. On se responsabilise nous même en apprenant de nos erreurs, on n'a pas forcément besoin d'un État envahissant qui nous dicte notre conduite et nous empêche de progresser.

D'un autre côté, au XIXème siècle en Europe de l'ouest, je reconnais que les plus conservateurs, qui possédaient le pouvoir, utilisaient ce système pour dénigrer une classe pauvre, ouvrière, qui, selon eux, serait toujours pauvre car par nature incompétente pour gérer de l'argent, des biens. Cela justifiait par exemple aussi le colonialisme sur des populations jugées incapables.

Mais selon mon opinion, on en est plus là et l'avenir ne leur a pas donné raison. Le monde a évolué, appris de ses erreurs. Le colonialisme c'est fini et bien fini. La libéralisation, aujourd'hui, donne sa chance à chacun, est plus respectueuse de l'intérêt du partenaire, car, depuis la mondialisation, l'intérêt du partenaire est aussi notre intérêt. Je ne dis pas que tout est parfait, mais on avance…

Je me demande que vont devenir les pays musulmans, dont le prophète a expressément interdit les prêts à taux d'intérêt et qui sont obligés de suivre ces lois ? Sont-ils condamnés à avoir des banques de type moyenâgeux ?

photo de iNFO-GRECE
Je réponds à Philippe : les banques halal :)

Rassure toi Philippe, les pays musulmans ont inventé les banques halal !
http://www.google.fr/search?hl=fr&q=banq...

et plus édifiant ici où le croissant éclaire la Défense.
http://www.financeislamiquefrance.fr/

Les banques française s'y mettent de leur côté avec la création de filiales spécialisées dans la finance islamique et même un Master dédié à la fac de Paris-Dauphine.
http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2009/0...

A lire aussi
[url=http://www.france24.com/fr/20091009-pari... courtise la finance islamique[/url]

Cela dit, les déboires de Dubaï, rappellent que islamique ou pas, la finance reste une acrobatie sans filet de sécurité.

Ça pourrait aussi vous intéresser...