Renseignez-vous auprès des salles de spectacle ou auprès des organisateurs avant de vous rendre aux évènements annoncés ici pour connaître les conditions d'accès relatives à la pandémie de Covid-19.

Revisiter la Révolution grecque

Type d'évènement: 
Nikos Engonopoulos, Le serment, 1954, Pinacothèque municipale de Rhodes
Nikos Engonopoulos, Le serment, 1954, Pinacothèque municipale de Rhodes

Il y a 200 ans, en mars 1821, un mouvement indépendantiste et insurrectionnel voyait le jour dans la contrée méridionale des Balkans ottomans. Déclenché dans le sillage d'une révolte en Valachie quelques mois plus tôt, ce mouvement est connu dans l'historiographie sous le nom de Guerre d'indépendance grecque. Se déroulant à une époque qui connaît la naissance de la presse moderne, ses différentes séquences ont été relayées à plusieurs reprises dans les gazettes de l'époque, suscitant des réactions importantes au sein des sociétés européennes ou américaines et agitant les relations internationales en ce début du XIXe siècle. Correspondantinternationales en ce début du XIXe siècle. Correspondantaux prémices de la question d'Orient, ce conflit finit par interpeller les gouvernements des Grandes Puissances européennes, grâce aussi à la mobilisation des Philhellènes qui s'engagent dans la promotion de la cause défendue par les insurgés, à savoir lacréation d'un État indépendant régi par un régime démocratique. Influencés par les Révolutions américaine et française, les architectes et instigateurs de ce projet étaient également imprégnés des valeurs véhiculées par les Lumières. Leurs agissements révolutionnaires fomentés au sein de sociétés secrètes, telle que la «Filiki Etaireia», fondée à Odessa en 1814, leurs objectifs inscrivent cet événement historique dans une tendance plus générale qui depuis la péninsule ibérique en passant par la péninsuleitalique et jusqu'en Amérique latine, aboutit à la remise en question des Anciens Régimes, et à la création de nouveaux États, marqués par la volonté d'établir des constitutions libérales et démocratiques.

En dehors des filiations politiques de la Révolution grecque, celle-ci a aussi beaucoup inspiré les artistes, qu'il s'agisse du lord Byron, d’Hector Berlioz ou d'Eugène Delacroix. Au-delà des échos que l'on retrouve chez les contemporains des combattants des années 1820, cette rencontre vise aussi à étudier l'impact pluriel de la Guerre d'indépendance grecque, dans l'espace et à travers le temps dans des domaines aussi variés que la littérature, les beaux-arts, la musique, le cinéma, l'historiographie ou encore l'action sociopolitique comme par exemple dans le cadre de mouvements tels que le Risorgimento italien, l'insurrection décabriste en Russie, ou la révolte polonaise de 1830.

Programme de la Journée d'étude

9h00 : Accueil des participants
9h30 : Ouverture de la journée
Pauline Schnapper, Vice-présidente de la recherche à l’Université Sorbonne Nouvelle-Paris 3
Florence Baillet, Directrice de l’École Doctorale MAGIIE - Mondes Anglophones, Germanophones, Indiens, Iraniens et Etudes Européennes, à l’Université Sorbonne Nouvelle-Paris 3
Christine Manigand, Directrice du laboratoire de recherche ICEE -Intégration et Coopération dans l'Espace Européen - Études Européennes, à l’Université Sorbonne Nouvelle-Paris 3
Introduction de la journée par Svetla Moussakova et Nicolas Pitsos

10h00-12h : Première séance
Nikos Sigalas, « Les chefs de guerre de la Révolution grecque entre répertoire traditionnel et répertoire moderne : insurrection et révolution », CETOBAC/Ehess
Michel Sivignon, « Capodistria et la modernisation par la carte : le rôle du capitaine Peytier», Paris Ouest-Nanterre-La Défense
Francesca Irene Sensini, « "Tant que je garderai la mémoire de moi-même" : le philhellénisme italien au XIX siècle », Université de Nice Sophia Antipolis
Piotr Bilos, « L’insurrection polonaise de 1830 (puis de 1863) : un dilemme universel ? représentations artistiques, retombées », Inalco

12h : Discussion

12h30-14h00 : Pause déjeuner

14h00-16h00 : Deuxième séance
Henri Tonnet, «La révolution de 1821 démystifiée dans un roman de M. Karagatsis», Paris IV
Eirini Artopoulou, «Le musée imaginaire de la Révolution grecque. La mise en exposition des principes libéraux et révolutionnaires à travers l’espace pictural du 19e au 20e siècle», Université Sorbonne Nouvelle-Paris 3
Nicolas Pitsos, «Les usages idéologiques des commémorations de la Révolution grecque de 1821», BULAC
Isabelle Depret, «"L'Eglise orthodoxe, fer de lance du combat de 1821", un lieu de la mémoire nationale? Entre histoire et construction politique», Université de Marmara
Stéphane Sawas, “La Révolution grecque dans le cinéma de Théo Angelopoulos", Inalco

16h00 : Discussion

16h30 : Pause-café

17h00 : Présentation/Dédicace de l’ouvrage de Francesca Irene Sensini, La lingua degli dei. L'amore per il greco antico e moderno, en présence de Camilla Cederna, maîtresse de conférences-HDR en langue, littérature et civilisation italienne, à l’Université de Lille
17h30 : Présentation des éditions autour du bicentenaire de la Révolution grecque de 1821 dans les collections de la BULAC
18h00 : « Beau comme Bolivar... », lecture de poèmes inspirés de la Révolution grecque, par Vicky Haut, comédienne et metteure en scène

Responsable : Svetla Moussakova (Université Sorbonne Nouvelle-Paris 3), Nicolas Pitsos (BULAC, CREE-Inalco)

Avez-vous été à cette manifestation ? Partagez vos photos avec la communauté !

Dates et Lieux: 
Vendredi, 26 novembre, 2021 - 09:00 - 18:30
Total de votes : 0

Écrire votre avis

Ça pourrait aussi vous intéresser...