BHL – Considérations sur le désastre de Lesbos

C'était couru.

Je me suis rendu à deux reprises dans la prison à ciel ouvert qu'était le camp de réfugiés de Moria, sur l'île grecque de Lesbos.

La première fois, en février, au début de l'épidémie de Covid, alors qu'Erdogan menaçait d'actionner l'« arme des migrants » que lui ont donnée les Européens et qu'il tient, depuis, braquée sur leurs têtes.

Une seconde fois, à la mi-mai, quand fut levé, en France, le confinement et que j'ai sauté dans le tout premier avion autorisé à décoller pour Athènes et, de là, pour Mytilène, la capitale de l'île.

Et j'ai dit, écrit, hurlé (Paris Match, 1 er j...

Ajouter un commentaire

Ça pourrait aussi vous intéresser...