L’UE sanctionne la Turquie pour ses activités gazières au large de Chypre

La patience des Européens n'est pas sans limite : lundi 15 juillet, les ministres des affaires étrangères ont mis, en partie, les menaces de l'Union européenne (UE) à exécution en adoptant une série de mesures pour réagir aux activités de forage de la Turquie au large de Chypre. Ils évoquent des actions immédiates, comme la réduction des aides financières à la préadhésion d'Ankara, et se disent prêts à envisager des mesures ciblées, à savoir des sanctions contre des individus ou des entités.

La découverte d'importants gisements gaziers, ces dernières années, a exacerbé les tensions qui opposent la Turquie et Chypre depuis l'intervention militaire turque de 1974, qui a abouti à la division de l'île. La République de Chypre, membre de l'UE, qui a autorité sur les deux tiers sud de l'île, a signé des contrats d'exploration avec des géants des hydrocarbures comme le français Total, l'italien ENI et l'américain ExxonMobil. Elle entend développer huit forages - six d'exploration et deux de confirmation - dès la fin de l'année.

La Turquie, qui occupe la partie nord, affirme, elle, ne pas être tenue par les accords de délimitation maritime conclus entre le gouvernement...

Ajouter un commentaire

Articles similaires