Grèce : des marges de manoeuvre très limitées pour Alexis Tsipras

La logique du mémorandum va s'appliquer en Grèce. (Crédits : Reuters)

La logique du mémorandum va s'appliquer en Grèce. (Crédits : Reuters)

De façon fort significative, Alexis Tsipras, dans son discours de victoire dimanche 20 septembre, n'a pas évoqué le mémorandum et les conditions de son application. Il s'est principalement concentré sur sa volonté de changer la société grecque, en se débarrassant de la « vulgarité et de la corruption. » Pourtant, le principal défi auquel le nouveau gouvernement hellénique va devoir faire face est bien l'application de cet accord signé avec les créanciers le 19 août. Et si la victoire de Syriza et la reconduction de la coalition avec les Grecs Indépendants dénotent une nette volonté de résistance de la part des électeurs grecs, il convient de rappeler que cette majorité est bel et bien une majorité d'application d'un mémorandum signé par Alexis Tsipras.

Un programme tracé d'avance pour 2015 et 2016

Or cet accord dessine très précisément la tâche du prochain gouvernement en laissant à ce dernier une capacité d'appréciation quasi-inexistante. En octobre, conformément au point 2.1 du mémorandum, Alexis Tsipras devra présenter un collectif budgétaire pour 2015, un projet de budget 2016 et un « chemin budgétaire » jusqu'en 2019 « soutenus par un paquet de...

Explorez...
Personnes: 

Ajouter un commentaire