Retrouvailles tendues au PASOK pour la rentrée parlementaire

La première réunion du groupe parlementaire du PASOK (parti socialiste grec) s'est déroulée sous un climat tendu suite à la demande de son président, Georges Papandréou, d'un vote de confiance à sa personne par les députés de son groupe parlementaire. Le parti qui ne se remet pas de sa défaite électorale doit élire un nouveau président en novembre. Les opposants à M. Papandréou surpris par le procédé ont vivement réagit.

M. Papandréou a présenté sa proposition comme nécessaire pour renforcer l'opposition au Parlement contre la Nouvelle Démocratie (majorité gouvernementale), et ce jusqu'au 11 novembre où aura lieu le vote pour désigner le nouveau président. Cette proposition a pris de court les membres du groupe parlementaire, seuls quelques-uns ayant été mis au courant juste avant la séance.

Evangelos Venizelos et Costas Simitis
Evangelos Venizelos (à g.) et Costas Simitis (à dr)

Le député de Thessalonique et candidat déclaré à la succession de M. Papandréou, Evangelos Venizelos, et celui du Pirée et ancien premier ministre, Costas Simitis, ont pris la parole pour s'opposer à la proposition qui à leurs yeux rompt l'unité du parti. La crise a finalement été évitée par l'intervention de l'ancien président du Parlement sous gouvernement PASOK, Apostolos Kaklamanis qui, refusant l'organisation d'un tel scrutin, a déclaré que le président actuel du PASOK avait le soutien unanime par acclamation du groupe parlementaire.

Georges Papandréou
Georges Papandréou

M. Papandréou avait précédemment fait son autocritique devant le groupe, non seulement quant à la défaite aux dernières élections mais aussi pour la gestion de certains sujets, tout en faisant remarquer que, dans la campagne électorale nécessairement collective, tout le monde y a joué un rôle et a donc des responsabilités.

Le président du PASOK a également souligné que le parti s'est éloigné de ses bases idéologiques et sociales, ce qui explique en partie la défaite, M. Papandréou se reprochant d'autre part d'avoir effectué seulement des changements en douceur pour éviter des tensions avec des pratiques, des conceptions et des personnes qui incarnent des aspects négatifs de la politique du PASOK, l'heure étant venue de dégager une identité partisane originale, des priorités politiques nouvelles et des changements dans l'organisation du parti, a-t-il dit.

i-GR/ANA-MPA

Total de votes : 0

Ajouter un commentaire