Socrate, Jésus et Jean-Jacques Rousseau (citation)

4 contributions / 0 nouveau(x)
Dernière contribution
profil sans photo
Socrate, Jésus et Jean-Jacques Rousseau (citation)

"La mort de Socrate, philosophant tranquillement avec ses amis, est la plus douce qu'on puisse désirer; celle de Jésus expirant dans les tourments, injurié, raillé, maudit de tout son peuple, est la plus horrible qu'on puisse craindre.
Socrate prenant la coupe empoisonnée bénit celui qui la lui présente et qui pleure; Jésus, au milieu d'un supplice affreux, prie pour ses bourreaux acharnés.
Oui, si la vie et la mort de Socrate sont d'un sage, la vie et la mort de Jésus sont d'un Dieu."
Jean-Jacques Rousseau

profil sans photo
Re: Socrate, Jésus et Jean-Jacques Rousseau (citation)

salut je suis gabonais eleves en classe de terminal et j'aimerais recevoir des citation, de socrate

profil sans photo
Philosophie des Grecs

Cher Monsieur,
Socrate n'a laissé aucun écrit. Ce sont ses "élèves" et avant tout Platon qui nous ont appris ce qu'il aurait dit et vécu.
Vous pourriez en premier lire "L'Apologie de Socrate", où Platon, qui n'y a pas assisté, décrit la fin du philosophe athénien. Xénophon, qui fut aussi son "élève" a décrit aussi (même titre) ce qui s'est alors passé.
La meilleure introduction à la philosophie des Grecs reste, dans la collection Que sais-je? la série de Jean Brun sur ce moment de la pensée. Les présocratiques, Socrate, Platon, Aristote, etc C'est clair sans trahir, précis et accessible (Brun a réuni dans un livre remarquable et plus complet ce sujets: "L'Europe philosophe").
Il a été mon professeur en classe de philosophie-lettres. Je ne l'ai jamais oublié...
Hadot a aussi écrit "Qu'est-ce que la philosophie antique?", bien fait et très lisible (édition de poche).
Bonnes lectures!

photo de Lia Taclan
Etonnante cette citation de

Etonnante cette citation de Jean-Jacques Rousseau. La question est de savoir : que nous dit-il réellement en écrivant cela ou que cherche-t-il à nous communiquer ?

Socrate : C'est la comparaison de l'homme éclairé qui prend son destin en main.

Jésus : C'est la comparaison de l'homme mystifié qui subit le destin qu'on lui a assigné.

Ajoutons à cela : Socrate est aimé, il a des amis.  /  Jésus est détesté, il a des ennemis.

Que veut-il nous communiquer encore ?

N'y a-t-il pas là aussi un message politique qui met en opposition la démocratie et la théocratie, d'une part, et, d'autre part, l'homme libre et l'homme assujetti ?

Ça pourrait aussi vous intéresser...