L'Union européenne défend la théorie de l'évolution

2 contributions / 0 nouveau(x)
Dernière contribution
profil sans photo
L'Union européenne défend la théorie de l'évolution

[quote]Massimo Piatelli Palmarini, professeur de sciences cognitives à l'université d'Arizona, revient sur la décision prise par le Parlement européen le 4 octobre dernier de dire non au créationnisme. "Je pense qu'il faut applaudir la résolution du Parlement européen en faveur de l'enseignement de la théorie de l'évolution comme théorie scientifique fondamentale et la mise au ban qui en découle de l'enseignement du créationnisme. Il ne s'agit pas d'une résolution qui engage les Etats membres mais qui va faire autorité. (...) C'est une conquête de la liberté et une salutaire hygiène intellectuelle pour que les religions ne s'immiscent pas dans les questions scientifiques et que symétriquement, la science ne s'immisce pas dans les questions religieuses (...). Une thèse scientifique et une hypothèse théologique ne peuvent et ne doivent pas être présentées de la même manière. Le Parlement européen a eu raison de marquer la frontière entre les deux."[/quote]

profil sans photo
Re: L'Union européenne défend la théorie de l'évolution

Une Théorie reste théorique.

la part de l'absolue est ainsi ainsi mise de coté au profit d'une simple hypothèse plusieurs foir remise en question.

une hypothèse est devenue loi, le créationisme n'est pas forcément religieux mais une théorie aussi qui ne doit pas être écartée

************************************************

Les fossiles représentent une autre des grandes défaites de la théorie de l'évolution.

Les recherches archéologiques menées depuis de nombreuses années, ont conduit la découverte d'innombrables fossiles. Cependant, il n'a été trouvé aucune trace de formes transitoires qui démontrerait l'évolution des êtres vivants à partir d'espèce simple se diversifiant en d'autres plus complexes. Si ce genre d'espèce avait réellement vécu, leur nombre et leur diversité auraient été extrêmement nombreux. Plus important encore, ces formes transitoires auraient forcément laissé d'innombrables traces retrouvables dans les fossiles.

Car si elles avaient existé, leur nombre aurait été bien plus important que celui des espèces actuelles, et auraient ainsi laissé des traces fossilisées dans les quatre coins du monde. Depuis le milieu du 19ème siècle jusqu'à nos jours, les évolutionnistes ont effectué des fouilles archéologiques acharnées sur toute la planète pour trouver les traces de ces fameuses formes transitoires. Cependant sur une durée proche de 150 ans de recherche, aucune empreinte de ces formes n'a été décelée.

En résumé, les fossiles nous montrent aussi la non-évolution des êtres vivants d'une forme primitive à leur forme actuelle, et leur apparition subite dans la perfection de leur forme actuellement visible.

Depuis près de 150 ans, les évolutionnistes, en tentant de rassembler les preuves destinées à appuyer leur théorie, ont, de leurs propres mains, démontré l'invraisemblance de l'évolution des espèces. Finalement, la science actuelle est arrivée à l'indéniable conclusion: les êtres vivants ne sont pas le fruit d'un hasard aveugle et d'une évolution fictive,

2. Comment la défaite de la théorie de l'évolution montre-t-elle la véracité de la création?

Lorsque la question "comment est apparue la vie sur Terre?" est posée, deux réponses se distinguent:

-La première explique l'apparition des espèces vivantes par l'évolution. Selon la théorie de l'évolution, la vie a commencé avec une cellule née d'un pur hasard. Cette cellule, toujours grâce aux coïncidences, a évolué en se développant et s'est diversifiée pour donner naissance aux millions d'espèces actuellement présentes sur Terre.

-La deuxième réponse est la création: tous les êtres vivants ont été créés par un Créateur omnipotent. La vie et les millions d'espèces d'êtres vivants ne sont en aucun cas le fruit d'une combinaison de hasard. Depuis leur création jusqu'à nos jours, ils possèdent un organisme parfait et une architecture supérieure. Même les organismes semblant être les plus simples, disposent d'une structure complexe qui ne peut s'être formée d'elle-même, de façon naturelle, suite à des hasards.

En dehors de ces deux possibilités, une troisième idée, théorie, ou même hypothèse, qui expliquerait l'apparition de la vie est inexistante. En toute logique, si deux hypothèses s'offrent à nous pour résoudre un problème et que nous démontrons clairement l'irrecevabilité de l'une d'entre elles, alors l'autre possibilité est l'unique solution. Cette règle est un principe de base de la logique appelé "logique booléenne" (modus tolendo ponens).

La démonstration de la non-évolution hasardeuse des êtres vivants, apportera donc la preuve de leur conception par un Créateur. Même les scientifiques qui défendent la théorie de l'évolution admettent l'inexistence d'une "troisième alternative". L'un de ces scientifiques, Douglas Futuyma l'énonce de cette façon:

Les êtres vivants sont apparus sur Terre soit dans leur forme finale et parfaite, soit en évoluant à partir d'autres espèces déjà existantes. Leur apparition dans leur forme finale et parfaite induit alors leur création par une intelligence.4

L'archéologie et la paléontologie permettent de répondre aux questions suscitées par l'évolutionniste Futuyma. La paléontologie montre l'apparition spontanée de groupes d'espèces vivants sur Terre dans une forme parfaite et à des instants distincts.

Depuis plus d'un siècle, toutes les découvertes des recherches et des fouilles archéologiques démontrent l'apparition subite des êtres vivants dans leur forme finale et idéale, c'est-à-dire leur création, et ce contrairement aux attentes des évolutionnistes. Les bactéries, les invertébrés marins, les poissons, les mollusques, les arthropodes, les amphibiens, les reptiles, les oiseaux ou encore les mammifères, sont apparus subitement avec leur complexité organique actuelle. Les fossiles des formes intermédiaires sont inexistants. La paléontologie confirme le verdict des autres branches de la science: les êtres vivants ne sont pas issus d'une évolution, mais sont les fruits de la création. Finalement les évolutionnistes, en voulant argumenter leur théorie irréaliste ont, de leurs propres mains, fourni la preuve de la création.

Robert Carroll, expert en paléontologie, spécialisé dans l'étude des vertébrés et évolutionniste engagé, admet que les espoirs du darwinisme n'ont pas été confirmés par les découvertes de fossiles.

Malgré les efforts intenses fournis depuis la mort de Darwin, c'est-à-dire plus d'un siècle, en vue de collecter des fossiles, les résultats obtenus ne prouvent pas l'existence de ces formes transitoires infiniment nombreuses auxquelles on s'attendait.5

La seule période du Cambrien suffit à effondrer la théorie de l'évolution

Le monde du vivant est séparé par les biologistes en trois grands règnes, à savoir les végétaux, les animaux et les champignons. Ces règnes sont eux-mêmes subdivisés en différents phylums. Chaque phylum regroupe les êtres qui possèdent une même structure. Par exemple, les arthropodes sont à eux-mêmes un phylum et tous les animaux y étant classés possèdent un plan d'organisation commun. En ce qui concerne le phylum des chordés, il abrite les êtres ayant un système nerveux central. Les animaux connus tels que les poissons, les oiseaux, les reptiles et les mammifères, font partie du sous-embranchement des chordés: les vertébrés.

Il y a environ 35 différents phylums animaux, dont les mollusques, qui incluent des créatures comme les escargots et les poulpes ou les nématodes auxquelles appartiennent des vers d'une taille minuscule. Leur trait le plus important est, comme nous l'avons dit, que chacun possède des caractéristiques physiques totalement différentes. Au sein des phylums, les différentes catégories possèdent des constitutions physiques similaires, mais au niveau des phylums, les différences sont très marquées.

Une question s'impose donc: comment ces différents êtres sont-ils apparus?

Fossile d'un être étrange, le marrella, retrouvé dans le
nid de fossile du Schiste de Burgess Un fossile appartenant à l'époque cambrienne

Analysons tout d'abord les données de la théorie de l'évolution. Comme nous le savons, cette théorie met en avant la diversification de tous les êtres vivants à partir d'un ancêtre commun ayant subi diverses modifications au cours du temps. Cette unicité implique donc, à la base, une ressemblance de tous les êtres dans leurs formes primitives et, au cours du temps, une évolution de ces derniers vers des formes beaucoup plus complexes.

Ainsi, d'après cette théorie, le vivant aurait une origine unique, puis se serait diversifié par la suite à l'allure des branches d'un arbre. D'ailleurs cette hypothèse retentit fortement dans les sources darwiniennes, et le terme "d'arbre évolutif" est couramment utilisé. D'après cet arbre évolutif, seul un phylum existe à la base, puis ce dernier subit lentement (pendant des échelles de temps assez longues) de légères transformations donnant naissance aux autres phylums. Toutes ces données sont le fondement de la théorie de l'évolution. Cependant la question suivante ne manque pas d'intérêt: cela s'est-il vraiment passé de la sorte?

Indéniablement non. Bien au contraire, les animaux, lors de leur apparition, étaient déjà détenteurs d'organismes distincts et très complexes. Tous les phylums du règne animal connus à ce jour, sont apparus en même temps à la surface du globe, pendant une période de temps géologique connu sous le nom de Cambrien. Ce Cambrien est une période géologique datée entre 570 et 505 millions d'années, ayant duré 65 millions d'années. La période où apparut si brusquement la majorité des espèces animales se limite à une phase très brève du Cambrien souvent appelée l'explosion cambrienne. Stephen C. Meyer, P. A. Nelson et Paul Chien, dans un article écrit en 2001, s'appuyant sur une enquête, remarquent que "l'explosion cambrienne est survenue pendant une période très courte à l'échelle géologique, qui a duré pas plus de 5 à 6 millions d'années".6

Avant cette époque cambrienne, en dehors de quelques formes unicellulaires et d'autres formes pluricellulaires très primitives, aucune trace fossile n'a été découverte. Ainsi pendant une période de temps aussi courte que le Cambrien (une durée de 10 millions d'années est considérée comme très courte dans les échelles géologiques), tous les phylums composant le règne animal sont apparus avec leur complexité et leur perfection actuelles!

***************************

alors ??? no comment!!