Mariano Rajoy

A propos de Mariano Rajoy

Mariano Rajoy

Mariano Rajoy Brey (prononcé en espagnol : [maˈɾjano raˈxoi βɾei]), né le 27 mars 1955 à Saint-Jacques-de-Compostelle, est un homme d'État espagnol, membre du Parti populaire, président du gouvernement de 2011 à 2018.

Conservateur des hypothèques de profession, il adhère au parti conservateur Alliance populaire (AP) et se fait élire en 1981 député au Parlement de Galice. En 1983, il entre au conseil municipal de Pontevedra et prend la présidence de la députation provinciale.

En 1986, il entre sur la scène nationale avec une élection au Congrès des députés, dont il démissionne quelques mois plus tard pour devenir vice-président de la Junte de Galice ; il retrouve son siège de député au Congrès en 1989. Il entame alors une ascension dans l'ombre de José María Aznar. Désigné en 1990 vice-secrétaire général du nouveau Parti populaire, il devient ministre des Administrations publiques en 1996, puis ministre de l'Éducation et de la Culture en 1999.

Il dirige la campagne du parti pour les élections de 2000, à l'issue desquelles il est promu « numéro deux » du gouvernement en tant que premier vice-président et ministre de la Présidence. Il passe au ministère de l'Intérieur en 2001. L'année suivante, toujours premier vice-président et de nouveau ministre de la Présidence, il prend également la fonction de porte-parole du gouvernement.

Aznar le choisit pour conduire le PP en vue des élections de 2004. Alors que les sondages lui sont longtemps favorables, il est défait par le PSOE. Élu président du PP, il est le principal opposant à José Luis Rodríguez Zapatero et échoue une nouvelle fois aux élections de 2008. Contesté par l'aile droite du parti, il fait écarter de la direction plusieurs proches d'Aznar.

Aux élections parlementaires de 2011, le Parti populaire remporte la majorité absolue. Rajoy constitue alors un gouvernement de 13 ministres, le plus restreint de l'histoire démocratique. Poursuivant la politique d'austérité menée par Zapatero, il fait face à une économie dégradée, à un chômage très élevé et à la multiplication des scandales de corruption qui entachent le Parti populaire.

En 2015, après plusieurs échecs électoraux, les élections parlementaires débouchent sur un Congrès sans majorité et le gouvernement assure l'expédition des affaires courantes. Après la tenue de nouvelles élections l'année suivante, le Parti populaire parvient à se maintenir en raison de l'abstention des socialistes. L'année 2017 est marquée par la déclaration d'indépendance de la Catalogne, à laquelle s'oppose le gouvernement.

Il est renversé en juin 2018, après l'adoption d'une motion de censure. Il quitte par la suite la vie politique, redevenant fonctionnaire.

Lire plus dans https://fr.wikipedia.org/wiki/Mariano_Rajoy

Contenus relatifs à Mariano Rajoy

Yanis Varoufakis appelle les Espagnols à défier Bruxelles

Yanis Varoufakis à Madrid, le 20 février.

Ce n'est pas un hasard si l'économiste grec Yanis Varoufakis et d'autres représentants de mouvements altermondialistes et antirigueur européens se sont donné rendez-vous à Madrid du 19 au 21 février pour réfléchir à l'articulation de leur« plan B contre l'austérité et pour une Europe démocratique

La Grèce a jusqu'à minuit jeudi pour convaincre

La Grèce, encouragée par de premiers commentaires positifs, mettait la dernière main jeudi au nouveau programme de réformes avec lequel elle espère convaincre ses partenaires européens de reprendre leur aide financière et de la garder dans la zone euro.

Espagne: comment Mariano Rajoy capitalise sur le chaos grec

A quelques mois des législatives, le Premier ministre Mariano Rajoy recentre le débat sur l'économie et coupe l'herbe sous le pied à Podemos, crédité de 20% des intentions de vote dans les sondages.

Cinq journaux européens analysent le défi grec

Manifestation proeuropéenne, le 2 juillet à Athènes. Crédits photo : SAKIS MITROLIDIS/AFP

À la veille du référendum organisé ce dimanche en Grèce, l'Europe entière retient son souffle et fait ses comptes. S'est-on trompé de stratégie face à Athènes, va-t-on en payer les pots cassés? Dans toutes les capitales, les mêmes questions se posent, mais les réponses diffèrent parfois.

Mariano Rajoy se pose en exemple face au populisme de Syriza

Crédits photo : MIGUEL RIOPA/AFP

L'Espagne n'est pas la Grèce. Nous avons mené les réformes et rempli nos obligations de manière «sérieuse» afin de moderniser et de relancer l'économie au bord de la faillite. Aujourd'hui, l'économie espagnole en pleine croissance pourrait servir d'exemple au gouvernement et à la société grecs.

Face à Athènes, Madrid est la plus intransigeante

Le ministre de l'Économie espagnol, Luis de Guindos, et son homologue grec, Yanis Varoufakis, le 8 mai, à Madrid. Crédits photo : POOL/REUTERS

«Nous ne sommes pas responsables de la frustration qu'a générée la gauche radicale grecque en faisant aux Grecs des promesses qu'elle savait qu'elle ne pourrait pas tenir!» Le propos, tenu début mars, est signé Mariano Rajoy, pourtant peu habitué aux déclarations tonitruantes.

La Grèce, "ennemie de la reprise en Espagne" pour Mariano Rajoy

"Je suis absolument convaincu que ce qu'il y a de mieux [...] c'est que la Grèce reste où elle est et qu'elle respecte ses engagements", a estimé le Premier ministre Espagnol Mariano Rajoy. (Crédits : Reuters)

"En ce moment, je perçois comme ennemis de la reprise en Espagne l'instabilité politique, c'est un ennemi possible de la reprise, et ensuite la Grèce", a déclaré le Premier ministre espagnol, Mariano Rajoy lors d'une rencontre avec la presse à Madrid lundi 27 avril.

En Europe, quels partis peuvent surfer sur la vague Syriza?

Pablo Iglesias, leader de Podemos en Espagne, se voit bien suivre la voie de Syriza.

Un vent de gauche radicale souffle-t-il sur l'Europe? La large victoire de Syriza en Grèce, dimanche, a donné de l'espoir à de nombreux partis en Europe qui se voient bien suivre sa voie lors de scrutins prévus dans les mois à venir. 

L'Espagne est-elle une autre Grèce ?

"A la tête de [leur] gouvernement, les Grecs n'auront plus un délégué d'Angela Merkel", a déclaré Pablo Iglesias, leader de Podemos ("nous pouvons") après la victoire de Syriza.

Pages