Une spécialité turque : les crimes d'honneur

27 contributions / 0 nouveau(x)
Dernière contribution
profil sans photo

Beaucoup d'Européens ne connaissent vraiment pas grand chose à la Turquie. Dans ce pays il existe une tradition très répandue connue sous le nom de "crimes d'honneur" et qui fait des ravages avec une bonne centaine de femmes assassinées chaque année. Rappels de ce fait divers macabre qui fait partie de la tradition turque :

Nouveau "crime d'honneur" en Turquie: un père tue sa fille violée

La dernière victime en date n'a que 14 ans et ce n'est pas seulement son âge qui a provoqué l'émoi de la presse mais le fait que le crime eut été décidé par un "conseil de famille" c'est-à-dire l'ensemble des membres, hommes et femmes, d'un même foyer qui ont agi pour préserver leur "honneur".

Les faits se sont produits à Avcilar, un quartier populaire de la métropole. Tout commence fin mars, quand Nuran Halitoglu est enlevée par un homme d'une vingtaine d'années alors qu'elle se rend au supermarché, selon la presse. Violée pendant quatre jours dans une maison, l'adolescente parvient à s'échapper et son violeur est arrêté par les gendarmes et écroué.

Mais la famille, originaire de Van, une province défavorisée de l'est du pays où les traditions ancestrales sont très respectées, estimant que l'honneur du groupe a été sali, décide de l'éliminer et charge son père Mehmet et son frère Alaattin, âgé de 17 ans, de l'exécuter.

La jeune fille est alors étranglée avec une corde électrique dans la maison d'un membre de la famille et le corps enterré dans une forêt, précise le journal Milliyet.

En février, une jeune femme avait été tuée par balles par ses deux frères sur son lit d'hôpital à Istanbul, où elle avait été admise après une première tentative d'assassinat par sa famille qui voulait venger son honneur après qu'elle ait eu un enfant hors mariage.

-----

Une jeune femme mutilée pour laver un crime d'honneur en Turquie

Une femme turque âgée de 23 ans a été grièvement blessée par la mutilation de son nez et de ses oreilles dans l'est Kurde de la Turquie rapporte dimanche 17 mai la presse turque, indignée.

Un crime commis pour laver l'honneur de la famille qui la soupçonnait de tromper son mari.
Retrouvée dans un terrain vague, les oreilles et le nez tranchés, elle était également blessée au ventre par arme blanche. Elle a a été immédiatement hospitalisée mais elle est dans un état critique, selon ses médecins. Huit suspects ont été interpellés par la police.

Mutilations

Selon les journaux Milliyet et Hürriyet, des membres de la famille de l'époux de la victime ont torturé la jeune femme, soupçonnée de tromper son mari en déplacement à Izmir (ouest). Ils lui ont infligé des mutilations "atroces" avant de l'abandonner à la mort. Le mari de la victime est en cavale, rapportent les journaux.

Crimes d'honneur

Le gouvernement et les associations ont accru leurs efforts au cours des dernières années pour éradiquer la pratique des crimes d'honneur qui fait de nombreuses victimes chaque année. La pratique a parfois pris une telle ampleur que des femmes ont été tuées pour avoir discuté avec des étrangers, demandé la diffusion d'une chanson à la radio ou même pour avoir été les victimes d'un viol.

-----

Les crimes d'honneur encore fréquents en Turquie malgré la législation

Selon les statistiques officielles, 250 femmes ont perdu la vie au nom de cette «tradition» ces six dernières années. Mais ces meurtres, couverts par le clan, demeurent largement sous-estimés.

Entré en vigueur en juin 2005, le nouveau Code pénal turc a renforcé les peines contre les auteurs de ces crimes, qui risquent désormais l'emprisonnement à vie. Les circonstances atténuantes pour cause de «provocation» très généreusement accordées par les juges ont été supprimées. Mais la réforme législative, votée sous la pression de l'Union européenne et des associations féministes turques, n'a pas encore eu l'effet escompté. Elle pourrait même être à l'origine de faux suicides visant à échapper au durcissement législatif, avancent des associations de défense de droit des femmes. «Des familles mettent la pression sur la fille en lui répétant : «Si tu te tues, tu éviteras la prison à ton frère», estime Nilufer Yilmaz.

«Avant, on savait lorsqu'un crime d'honneur avait lieu car les familles pouvaient agir en toute impunité, explique Sultan Yel, coordinatrice de Selis, le centre d'accueil pour les femmes de la ville de Batman. Ce n'est plus le cas aujourd'hui. On se pose des questions : faut-il établir un lien avec la forte augmentation de suicides ?»

(...) Une vague de suicides frappe la population féminine de Batman, notamment les adolescentes. Cette ville de 250 000 habitants, au sud-est, a connu son dernier pic au printemps : 22 jeunes filles se sont donné la mort en moins d'un mois.

(...) D'autres villes dans les provinces du sud-est du pays, comme Van ou Sanliurfa, souffrent des mêmes maux que Batman. L'ONU, alertée par ces «suicides», a diligenté une enquête dans la région en mai dernier. Yakin Erturk, rapporteur des Nations unies sur la violence contre les femmes, a estimé à la fin de sa tournée que certains faits exposés n'étaient pas «des suicides ordinaires», ajoutant que «les autorités devraient être très méticuleuses dans l'examen des cas suspects».

Mais les déclarations de décès provoqués par des accidents de tracteur ou des défenestrations donnent rarement lieu à des investigations. "

-----

Victimes de la violence familiale

La violence contre les femmes revêt différents aspects, on la rencontre partout dans le monde, l’environnement social, racial et religieux de ses victimes varie. Le facteur commun est le mépris total des droits humains fondamentaux des femmes. Le dernier rapport d’Amnesty International dans le cadre de sa campagne Halte à la violence contre les femmes porte sur la Turquie. Il est intitulé Turkey : Women confronting family violence et répertorie un certain nombre de cas de violence familiale, notamment celle-ci :

Guldunya Toren a appelé son bébé « Espoir ». Elle savait qu’elle et son enfant pourraient ne pas vivre très longtemps. Enceinte, elle avait refusée d’épouser son cousin et on l’avait envoyée chez un oncle à Istanbul. Là, un de ses frères lui avait donné une corde en lui disant de se pendre. Elle s’était enfuie et avait demandé protection à la police, mais il lui avait été répondu que son oncle et son frère avaient promis de ne pas la tuer. En février 2004, quelques semaines après la naissance du bébé, ses frères auraient tiré sur elle dans la rue, la blessant à la tête. De son lit d’hôpital, elle a imploré les policiers de la sauver. On l’a laissée seule face à ses meurtriers. Elle a été tuée dans la nuit, par balle, à l’intérieur même de l’hôpital qui n’était pas gardé.

-----

Les crimes d’honneur en Turquie

“Les gens du village sont d’accord avec la loi des hommes. Si on ne tue pas une fille qui a déshonoré sa famille, les gens du village rejettent cette famille, plus personne ne veut lui parler, ou faire du commerce avec elle, la famille doit partir ! Alors... ”, décrit Jacqueline, condamnée à mort pas ses propres parents pour s’être laissée séduire par un homme qui lui promettait le mariage. Brûlée vive par son beau-frère, qui avait été chargé de “s’occuper d’elle”, elle a survécu par miracle.

Les crimes dits d’honneur comprennent les violences ou le meurtre (généralement) de femmes par un membre de la famille ou une relation familiale (y compris les partenaires) au nom de l’honneur individuel ou de la famille.

Le concept de l’honneur, du moins lorsqu’il est associé au crime, n’est pas facile à définir et varie souvent selon le sexe de la personne : celui de la femme comprend traditionnellement les concepts de virginité, de modestie ou d’amour désintéressé alors que l’honneur masculin est considéré comme la capacité de défendre l’honneur de la femme.

Les crimes dits d’honneur sont une pratique ancienne consacrée par la culture plutôt que par la religion, enracinée dans un code complexe qui permet à un homme de tuer ou d’abuser d’une femme de sa famille ou de sa partenaire pour cause de « comportement immoral » réel ou supposé.

Parfois, cela peut partir d’un fait tout-à-fait anodin, comme bavarder avec un voisin de l’autre sexe, le fait de recevoir des appels téléphoniques d’hommes, le fait de n’avoir pas servi un repas en temps voulu...

Mais le plus souvent, ces femmes sont accusées d’avoir eut des relations sexuelles en dehors du mariage, d’avoir refusé les “avances” de leur mari (ou celui qu’on a choisi pour elles) ou d’avoir été violées par un étranger. ou de “s’être laissée violée”. Une femme violée jette l’opprobre sur la communauté et déshonore sa famille, tout autant que si elle avait une liaison.

Le code de l’honneur est implacable : les femmes qui sont soupçonnées n’ont aucune possibilité de se défendre et, pour les membres de leur famille, la seule solution socialement acceptable consiste à rétablir leur honneur en les attaquant. Dans les crimes d’honneur, la femme victime de l’agression est considérée comme la coupable ; l’homme à qui elle « appartenait » est partie lésée et bénéficie du soutien de la population.

L’idée que l’honneur d’une famille dépend de la virginité d’une jeune fille ou de la fidélité d’une femme mariée est profondément ancrée dans les mentalités. Cela n’a rien à voir avec la religion. “Tout peut partir d’une calomnie, d’une robe trop courte, d’une volonté de vengeance...” Le crime d’honneur n’est pas commis sous le coup de la colère, il s’agit souvent d’une décision familiale.

-----

Turquie : l’honneur, une notion ancrée dans les mentalités

“Ici, il n’y a aucun consensus sur ce qui constitue une atteinte à l’honneur. À Urfa, cela peut être de marcher devant son mari, ailleurs il faut quelque chose de plus “sérieux”, parler à un garçon par exemple.” Une avocate d’Urfa (Turquie)“ Parmi les excuses avancées pour avoir battu une femme dans sa maison il y a : “regarder longtemps par la fenêtre”, “dire bonjour à des amis de sexe masculin dans la rue”, “le téléphone sonne et il n’y a personne au bout du fil”, et “bavarder trop longtemps avec les commerçants””. Une militante des droits des femmes, Diyarbakir.

À Elazig, en octobre 2002, un adolescent de seize ans et son frère de vingt-trois ans ont tué leur sœur qui venait de divorcer parce qu’elle “rentrait tard à la maison”. Dans leur déclaration à la police, ils ont dit : “Nous avons lavé notre honneur, nous ne regrettons rien. ”

“Selda”, âgée de treize ans et mariée, est allée au cinéma avec une parente à Urfa le 28 décembre 1996. Son mari l’a traînée à l’extérieur en l’accusant d’être une prostituée et il lui a tranché la gorge avec un couteau sur une place animée. Il a purgé une courte peine d’emprisonnement.

Le corps carbonisé de Naciye Atmaca a été identifié à Kahramanmaras en janvier 2004. Elle aurait été tuée par ses trois frères et par un autre homme sur ordre du conseil de famille, une réunion d’anciens qui décident traditionnellement du châtiment à infliger aux femmes considérées comme ayant déshonoré leur famille. Les quatre hommes ont été incarcérés en attendant d’être inculpés.

Ces exemples ont été tirés du rapport d’Amnesty International intitulé “Turquie, les femmes et la violence au sein de la famille”, publié en 2004. Ce rapport fourmille d’exemples qui prouvent à quel point les femmes sont encore victimes aujourd’hui de conceptions plaçant la femme à un rang nettement inférieur. Parfois, les femmes vont jusqu’à penser qu’elles méritent une “punition” corporelle : selon une étude, plus de 70 p. cent des femmes des régions rurales ont fait cette réponse. Dans certains cas, des femmes se seraient infligées elles-mêmes leur “punition”, par exemple en se suicidant, pour dégager leurs proches de sexe masculin de cette responsabilité et leur éviter une sanction pénale.

profil sans photo
Re: Une spécialité turque : les crimes d'honneur

Commence en avoir marre de ces arméniens qui viennent polluer les forums.
De quoi vous playez vous ? ces crimes d'honneurs sont le fait de kurdes, vos gentils petits protégés, ceux dont vous leur laver le cerveau pour leur faire croire que ce sont vos amis (tellement amis en 1915....).

profil sans photo
Réponse à francky l'autruche

Commence en avoir marre de ces arméniens qui viennent polluer les forums.

Raté mon pauvre je ne suis pas arménien !

De quoi vous playez vous ?

Apprends d'abord à bien écrire en français si tu veux être crédible. Dis-nous pourquoi tu te plains qu'on dise la vérité sur la Turquie qui est un pays dont les crimes d'honneur sont très répandus ? La vérité te fait si mal ?

ces crimes d'honneurs sont le fait de kurdes

Réponse raciste, les kurdes n'existent pas puisque la Turquie ne reconnait pas de peuple kurde sur son territoire. Donc les crimes d'honneur perpétrés en Turquie sont commis par des Turcs.

On rajoute une couche pour cette autruche de francky qui ne supporte pas que la vérité sur la Turquie soit diffusée sur ce forum, à savoir que dans ce pays on assassine des femmes parce que la tradition turque place “l’honneur” de la famille entre les jambes des jeunes filles. La “pudeur” et la virginité de ces dernières sont les joyaux du clan familial qui doit y veiller. La réputation du clan, son honneur, en dépendent directement. La conséquence de ces représentations mentales d’un autre âge, ce sont ces agissements barbares, ces crimes dits d’honneur qui repoussent si souvent les limites de l’horreur.

Quand le père d’Elif lui déclara qu’elle devait se tuer afin de lui épargner la prison pour l’avoir tuée, elle y a pensé très sérieusement. « J’aimais tellement mon père, j’étais prête à me suicider pour lui, même si je n’avais rien fait de mal » explique la jeune fille de 18 ans. « Mais je n’ai pas pu aller jusqu’au bout. J’aimais trop la vie. »

Tout ce qu’Elif avait fait, c’était simplement avoir décliné l’offre d’un mariage arrangé avec un homme plus âgé, en disant à ses parents qu’elle voulait continuer ses études. Cet acte de désobéissance fut considéré comme couvrant la famille entière de déshonneur, un crime puni de mort. « J’ai pu m’échapper. À l’époque où j’allais à l’école, quelques filles que je connaissais ont été tuées par leurs familles au nom de l’honneur. L’une d’entre elles simplement pour avoir reçu un sms d’un garçon. » explique Elif.

Les “crimes d’honneur” en Turquie ont atteint des niveaux record. Selon les chiffres gouvernementaux, il y en a plus de 200 par an, soit la moitié de l’ensemble des crimes commis dans le pays. Aujourd’hui, par un bien sinistre coup du sort, on assiste à l’émergence des “suicides d’honneur”. Ce phénomène en augmentation constante est lié aux réformes du code pénal turc de 2005. Elles ont introduit des peines de prison à vie obligatoires pour ceux coupables de “crimes d’honneur”, alors que par le passé, ces meurtriers pouvaient s’en sortir avec une peine réduite en invoquant la provocation. Peu après que la loi eut été votée, le nombre de suicides de femme a commencé à exploser.

Elle est bien belle la Turquie !

profil sans photo
Re: Réponse à francky l'autruche

Dis moi tu n'es pas assez courageux pour signer?mais par contre pour te moquer "francky l'autruche" tu y vas... tu n'es qu'un lâche qui se cache derrière son écran qui n'a même pas le courage de signer..et oui les français les peurreux de toujours!!tu sais tu crois connaitre l'histoire mais tu n'y connais rien du tout tu regarde ta tv ou ton écran et tu répétes bétement ce qu'ils disent...écoute les historiens,va à la bibliothéque..la France déteste les turcs parce quà la premiere Guerre Mondiale la France a voulu recupérer les terres d'une grande parti de Turquie et en 2 mouvements les turcs les ont renvoyés dans leurs pays et ça la France ne l'acceptera jamais..Des qu'il y a quelque chose de négatif en Turquie la une des journaux francais..et les francais alors pourquoi on ne parle jamais des crimes barbares fais an Algérie?les arméniens vous les défendez par ce qu'il y en a des milliers en France ça compte ça pour les votes du chèr président qui les honore!!;) tu sais j'aimerai bien t'inviter en Turquie et que tu vois ce pays d'une autre maniére tu seras honnetement surppris mais je respecte toutes les pensés heureusement que tout le monde a le droit de s'exprimer

profil sans photo
Re: Réponse à gok/jennifer

Quand on s'appelle 1 fois jennifer, 1 fois gok, on évite de donner des leçons aux autres...!
On ne peut que défendre le peuple arménien au regard de son histoire récente. Ils ont été victimes de ce qui est sans aucun doute le pire génocide de l'Histoire en termes de statistiques. Génocide reconnu dans le monde entier, sauf par de rares pays comme la Turquie (bien évidemment) ou par Israel. Nier la réalité de ce génocide et continuer de s'en prendre au peuple arménien est une position ouvertement néo-nazie, à l'image des négationnistes qui refusent de reconnaître le génocide des Juifs, des Roms et des Tziganes il y a 70 ans. Les Turcs seront peut-être mieux appréciés le jour où ils reconnaîtront le génocide arménien, où ils abandonneront leurs velléités vis-à-vis des Arméniens, qui vivent toujours avec la peur de se faire envahir et massacrer par les Turcs, le jour où ils quitteront le Kurdistan, le jour où ils quitteront Chypre... Autant dire que ça a peu de chances d'arriver...
Pour en revenir au génocide, je suis Français et en tant que Français ça ne m'empêche pas de reconnaître la part active des Français dans le génocide des Juifs et le génocide des Tutsis, même si le rôle joué par la France dans ces 2 génocides n'est pas comparable à celui joué directement par les Turcs (et par eux-seuls) dans le génocide arménien.

profil sans photo
Re: Réponse à gok/jennifer rappel

tu oublie le génocide des grecs sur les macédoniens

profil sans photo
le printemps arabe et le modèle de l'AKP

Ayant le vent en poupe depuis le Printemps Arabe, les islamistes citent volontiers l'AKP et la Turquie contemporaine comme un modèle alliant démocratie et islam.

http://www.lalibre.be/actu/international...

profil sans photo
l'islamisation des rouages en Turquie

Dan Rodrik, professeur d'économie politique internationale à Harvard, dénonce l'islamisation grandissante de la société turque actuelle.

http://www.lecho.be/actualite/debats_pro...

profil sans photo
Une spécialité turque

Est-ce que c'est pas Cette Turquie qui veux rentrer dans l'union Européenne ? Réfléchissez avant d'accepter des barbares et retardés comme ceux-là.

profil sans photo
Même à l'étranger les Turcs pratiquent les crimes d'honneur

Les Turcs réfractaires aux moeurs civilisées européennes pratiquent les crimes d'honneur aussi à l'étranger comme s'ils étaient chez eux en Turquie ! Selon "The Turkish women's organization Papatya" une quarantaine de femmes d'origine turque ont été assassiné en Allemagne depuis 1996 dans des crimes d'honneur.

Selon wikipédia (english) :

In 2005 Der Spiegel magazine reports: 'In the past four months, six Muslim women living in Berlin have been brutally murdered by family members', and goes on to cover the case of Hatun Sürücü - killed by her brother for not staying with her husband of forced marriage, but of 'living like a German'. Precise statistics on how many women die every year in such honor killings are hard to come by, as many crimes are never reported, said Myria Boehmecke of the Tuebingen-based women's group Terre des Femmes which, among other things, tries to protect Muslim girls and women from oppressive families. The Turkish women's organization Papatya has documented 40 instances of honor killings in Germany since 1996.

Hatun Sürücü's brother and murderer, was convicted of murder and jailed for nine years and three months by a German court in 2006.

March 2009, Turkish immigrant Gülsüm S. is killed for a relationship outside her family's plan for an arranged marriage - beaten to death with a stick, her face unrecognizable, because she loved the wrong man and was pregnant with his child.

Lire aussi ci-dessous (english) :

The death of a turkish woman : [url=http://www.spiegel.de/international/0,15...

Turkish girls in Austria fighting forced marriages : [url=http://www.sfgate.com/cgi-bin/article.cg...

Turkish man in Berlin jailed for 'honour killing' of sister : [url=http://www.expatica.com/de/news/local_ne...

Les crimes d'honneur turcs sont une tradition encore bien vivace en 2009, une tradition turque qui est une horreur pour les femmes !

profil sans photo
Re: Même à l'étranger les Turcs pratiquent les crimes d'honne

les hommes turcs interdisent tout à leurs femmes Ils les veulent soumises. Par contre, ils ne s'en privent pas lorsqu'il s'agit de fréquenter des occidentales.

Pages