Παράκαμψη προς το κυρίως περιεχόμενο

La Macédoine va-t-elle «perdre le nord» ?

Δημοσιεύθηκε στη Le Temps ,
Légende

La vie quotidienne dans le vieux bazar de Skopje, un jour après les élections législatives en Macédoine du Nord, le 9 mai 2024. — © BORIS GRDANOSKI / AP

En Macédoine du Nord, les nationalistes conservateurs du VMRO-DPMNE ont balayé les sociaux-démocrates au pouvoir depuis 2017. Ils pourraient remettre en cause les accords passés avec la Grèce…

C'est un raz-de-marée, un tsunami. La défaite de l'Alliance sociale-démocrate de Macédoine (SDSM) était attendue, mais elle a pris l'allure d'une débâcle. Mercredi, deux scrutins avaient lieu: au second tour de la présidentielle, la candidate nationaliste Gordana Siljanovska-Davkova a écrasé le chef de l'Etat sortant, le social-démocrate Stevo Pendarovski, avec près de 65% des voix, tandis que le VMRO-DPMNE dominait largement les législatives, scrutin de liste à un seul tour.

Avec 43% des voix, le parti nationaliste disposera de 59 des 120 sièges du Sobranié, le parlement macédonien, tandis que l'Union sociale-démocrate de Macédoine (SDSM) enregistre son plus mauvais résultat depuis l'accession du pays à l'indépendance, en 1991, avec 14,5% des voix et seulement 18 mandats, un de moins que l'Union démocratique pour l'intégration (DUI), la principale formation de la communauté albanaise, partenaire junior du gouvernement social-démocrate. Le DUI est lui-même talonné par la coalition VLEN (11,6% et 13 sièges), qui entend aussi représenter cette communauté, un quart de la population totale du…