Prestidigitations dans l'affaire Zachopoulos : les bandes de la vidéo rose volées et détruites !

tsekou

Evi Tsekou, soupçonnée d'avoir exercé un chantage contre l'ex-SG du ministère de la Culture, Christos Zachopoulos, et accusée de violation des données personnelles, a présenté lundi, jusque tard dans la nuit, sa défense pendant plus de 15 heures devant le juge d'instruction, démentant les accusations portées contre elle et demandant d'être remise en liberté.

L'avocat de Mme Tsekou, Costas Chryssicopoulos, a informé la presse que sa cliente avait présenté une liste de ses témoins, réfuté toutes les accusations, décrivant sa relation sentimentale de presque deux ans avec M. Zachopoulos, l'impasse dans laquelle elle s'était retrouvée suite aux promesses non tenues, mais perpétuellement réitérées de la part de l'ex-SG, qu'elle serait titularisée au ministère, confirmant en outre avoir de manière simple filmé, quand et pourquoi exactement, ses rendez-vous.

Elle a par ailleurs confirmé avoir eu des contacts avec des journalistes de "Mega TV" et de "Proto Thema", et informé de manière "prouvée et irrévocable", selon l'avocat, du vol du contenu de son enregistrement (vidéo) lors de sa visite au journal du dimanche "Proto Thema" le 22 novembre 2007 et de son entretien avec l'un des éditeurs, Themos Anastassiadis, et le reporter, Ioannis Makriyannis.

A noter que le premier est accusé par son associée au sein du "Proto Thema", Makis Triantafyllopoulos, d'avoir reçu de la part du gouvernement la somme de 5,5 millions d'euros, en rapport avec le montage sur dvd de certaines scènes de la video, sur le compte de la banque française BNP Paribas. Depuis les deux associés, qui sont également animateurs sur deux chaînes TV concurrentes, continuent leur duel dans leurs émissions respectives.

i-GR/ANA-MPA

Total de votes : 0

Ajouter un commentaire

Ça pourrait aussi vous intéresser...