FYROM et Sérbie-Kosovo dominent les entretiens Caramanlis-Jansa à Ljubljana

caramanlis jansa

Les questions concernant la perspective européenne des Balkans occidentaux et le règlement de la question de l'appellation de la FYROM ont dominé les entretiens mardi à Ljubljana du premier ministre slovène, Janez Jansa, avec son homologue grec, Costas Caramanlis, qui effectue une tournée des capitales de la région.

Au sujet de la FYROM, M. Caramanlis a souligné qu'un règlement accepté mutuellement sur la question du nom de la FYROM est la condition sine qua non pour que ce pays poursuive sa voie vers les institutions euro-atlantiques, ajoutant que "la Grèce demande un règlement mutuellement accepté qui ne laissera ni vainqueurs, ni vaincus". "La Grèce a procédé à de grandes ouvertures et c'est maintenant à la FYROM de couvrir la distance qui lui revient. L'intransigeance et les attitudes provocantes n'ont aucune place dans la logique européenne. Il est inconcevable que des pays qui veulent coexister dans les mêmes alliances ne puissent trouver de solution de compromis", a-t-il dit.

De son côté, le premier ministre slovène, dont le pays exerce la présidence tournante de l'UE, a affirmé que la Slovénie désire que la question du nom soit réglée, ajoutant que le compromis est la seule voie pour la solution. Il a relevé que la Grèce est prête à faire ce compromis et que la FYROM doit faire également des pas importants dans la question de l'appellation; cette question devant être réglée au terme de concertations dans le cadre d'un compromis.

MM. Caramanlis et Jansa ont également discuté de la perspective européenne des Balkans occidentaux qui constitue une priorité pour la présidence slovène de l'UE. M. Jansa a observé que la Grèce et la Slovénie soutiennent la perspective européenne des Balkans occidentaux à la condition que toutes les conditions posées par l'UE soient remplies pour leur adhésion.

Les deux premiers ministres se déclarent également favorables à la signature d'un accord intermédiaire de la Serbie avec l'UE lequel facilitera la marche de la Serbie vers l'UE et contribuera au maintien de la stabilité dans la région.

MM. Caramanlis et Jansa ont également discuté du Traité réformateur et estimé que celui-ci sera ratifié courant 2009 par les pays-membres de l'UE, M. Caramanlis ajoutant que la Grèce sera parmi les premiers pays à ratifier ce traité.

Enfin, les deux premiers ministres ont discuté de questions concernant l'énergie, les changements climatiques et l'environnement, M. Caramanlis soulignant que la Grèce salue une coopération meilleure et plus intensifiée entre les pays de la Méditerranée ainsi que le prévoit la proposition de la France.

Demain matin, M. Caramanlis, accompagné du ministre d'Etat et porte-parole du gouvernement, Théodore Roussopoulos, du secrétaire d'Etat aux Affaires étrangères, Yannis Valinakis et du directeur du bureau de presse, Yannis Andrianos, se rendra à Bucarest pour des entretiens avec les dirigeants roumains.

i-GR/ANA-MPA

Total de votes : 0

Ajouter un commentaire