L'Acropole recalée des sept nouvelles merveilles du monde

n7w chine muraille

La statue de Zeus à Olympie n'est plus une merveille et l'Acropole ne le sera pas. Ainsi en tout cas l'ont voulu les internautes. Au terme d'un suspense savamment entretenu par le marketing de l'opération, les nouvelles sept merveilles du monde ont été proclamées samedi soir lors d'une cérémonie au stade Benfica de Lisbonne. Malgré le vote massif de millions d'internautes, l'ONU, qui via l'Unesco dispose d'un programme de protection du patrimoine mondial, avait pris ses distances avec le cinéaste-aventurier suisse, Bernanrd Weber, initiateur du projet.

Les sept nouvelles merveilles s'appellent donc Chichen Itza, les ruines Mayan du Mexique, le Christ Rédempteur qui domine la baie de Rio de Janeiro au Brazil, La Grande muraille de Chine, Machu Picchu, le site inca au Peru, le site troglodyte de Petra en Jordanie, le Colisée de Rome en Italy et le palais Taj Mahal en Inde.

L'Acropole d'Athènes et la tour Eiffel qui étaient classées parmi les favoris n'ont pas franchi la ligne finale, laissant le soin au Colisée de Rome de représenter seul l'Europe. Indépendamment de la volonté des organisateurs, qui souhaitaient avec ce défi "élargir le champ culturel au monde entier", le vote de 100 millions d'internautes dénote les nouvelles consommations culturelles et découvertes touristiques plus qu'une nouvelle culture. Aucun monument moderne ne figurait parmi les favoris à l'exception de l'Opéra de Sydney. De ce point de vue, il est à douter que les internautes arrivent à concurrencer la modernité des Anciens qui vers 200 avant J.C, avaient dressé une liste comprenant le temple d'Artémis à Ephèse, les jardins suspendus de Babylone, le mausolée de Halicarnasse, le colosse de Rhodes, le phare de Pharos à Alexandrie, la statue de Zeus à Olympie et la grande pyramide d'Egypte. Seule cette dernière existe toujours aujourd'hui, et après les protestations de l'Egypte, les organisateurs des "sept nouvelles merveilles" ont dû lui consentir un "statut d'honneur", hors concours.

Le rendez-vous de "l'actualisation de la liste des Sept Merveilles de l'Antiquité" est donc plutôt manqué ; les sept "nouvelles merveilles" étant déjà toutes anciennes. Néanmoins, la publicité autour de l'événement, devrait doper la fréquentation touristique des sites élus. La plupart des sites retenus ont accueilli la nouvelle avec joie et feux d'artifices.

Le stade Benfica de Lisbonne qui accueillait la cérémonie de proclamation des résultats donnait le ton samedi soir avec un show à la hauteur des vedettes conviées. Présenté par l'acteur britannique Ben Kingsley et l'actrice américaine Hillary Swank, la cérémonie était retransmise dans 170 pays. L'ancien astronaute Neil Armstrong, l'actrice Jennifer Lopez, le Premier ministre portugais et président en exercice de l'Union européenne, José Socrates, ou encore la star du ballon rond, Ronaldo, étaient présents et même l'ex-secrétaire de l'ONU, Kofi Annan, bien que l'ONU ait dédaigné toutes les demandes de soutien présentés par les organisateurs et a tenu à préciser que le patrimoine mondiale n'avait pas besoin d'être désigné par un vote populaire et même à douter, dans un communiqué diffusé en juin, que "cette initiative privée ne pourra d'aucune manière contribuer de façon significative et durable à la préservation des sites élus".

A Athènes, le ministre de la Culture, Georgios Voulgarakis, a déclaré que la Grèce prend ses distances avec le vote des internautes de dimanche soir annoncé à Lisbonne au Portugal et souligné que «les monuments ne défilent pas lors de concours de beauté».

Total de votes : 0

Ajouter un commentaire

Ça pourrait aussi vous intéresser...