Le patrimoine des hommes politiques grecs

papandreou papariga

La commission parlementaire compétente présidée par le 3e vice-président du Parlement, Yannis Tragakis, a publié mardi les déclarations de patrimoine des députés, eurodéputés, ex-parlementaires et trésoriers de partis politiques pour l'année 2006 (exercice 2005), son président mettant l'accent sur l'absence de changements majeurs et sur le fait que le contrôle des documents fiscaux a été effectué non par les services du Parlement, mais par un ensemble de contrôleurs fiscaux assermentés.

Cette déclaration inclut également le formulaire E9, qui correspond à l'énumération des biens immobiliers des contribuables.

M. Tragakis a indiqué que le Parlement dispose désormais d'une base de données complète et particulièrement utile pour l'avenir et précisé que "le recensement de tous les détenteurs d'actions est terminé".

Le président de la République, Carolos Papoulias, a déclaré pour l'année 2006 en sa qualité d'ex-député un revenu global de 337.106,00 euros, ainsi que 2 appartements dont il a hérité situés à Athènes (83 m2 acquis en 1990, 71 m2 acquis en 2002) et 3 à Ioannina (180 m2, 260 m2 et 30 m2) achetés respectivement en 1988, 1992 et 2000.

Le premier ministre, Costas Caramanlis, a déclaré quant à lui un revenu de 93.756,84 euros provenant de ses indemnités parlementaires et de 31.375,17 euros provenant d'autres sources. Son patrimoine immobilier comprend notamment un appartement de 70 m2 à Thessalonique (acquis en 1990), un logement de 213 m2 à Athènes dont il a la nue-propriété, ainsi que des terrains dans sa région d'origine. Le premier ministre a également légué la nue-propriété d'une maison individuelle entourée de terrain à ses enfants, Alexandros et Angeliki, à Rafina (Attique orientale).

Le président du PASOK, Georgios Papandreou, a déclaré un revenu global de 111.478,76 euros, et son patrimoine immobilier est resté le même que lors de sa précédente déclaration, à savoir la propriété en commun avec son épouse d'une habitation de 365 m2 à Nea Erythraia (Nord d'Athènes).

Le secrétaire général du Parti communiste de Grèce (KKE), Aleka Papariga, fait la déclaration la plus faible des chefs de parti, puisqu'à part son indemnité parlementaire (82.546,32 euros) et la pension de réversion de son mari décédé (20.689,47 euros), elle ne possède que 62,5% de la propriété d'un 90m2 à Athènes (acquis en 1981).

Le président de Synaspismos, Alecos Alavanos, a déclaré un revenu de plus de 100.000 euros dont 82.760,79 euros provenant de ses indemnités parlementaires - 14.000 euros ont été versés en soutien de son parti. M. Alavanos est également propriétaire d'un hôtel et d'un appartement dans l'île de Tinos, ainsi que de plusieurs terrains agricoles.

Si Georgios Papandreou et Costas Caramanlis apparaîssent disposer du meilleur revenu des chefs des partis politiques, ils sont battus dans la fortune globale par Alecos Alavanos et le leader du LAOS (droite conservatrice), Georgios Karatzaferis.

i-GR/ANA-MPA

Total de votes : 0

Ajouter un commentaire

Ça pourrait aussi vous intéresser...