Le gouvernement grec espère tirer 1,65 milliard d'euros de recettes de son programme de dénationalisations en 2006

Le programme de dénationalisations a dominé les travaux du cabinet restreint, réuni mardi au Palais Maximou sous la présidence du Premier ministre, Costas Caramanlis. Une réunion ayant permis de faire le point sur les dossiers de l'un des axes les plus importants de l'action gouvernementale, comme l'a souligné le ministre de l'Economie et des Finances, Georges Alogoskoufis, à l'issue de la séance.

M. Alogoskoufis s'est félicité du succès de l'avancement du programme de dénationalisations planifié par le gouvernement, faisant notamment valoir que les recettes relatives depuis 2004 ont frôlé les 3 milliards d'euros. Le ministre, qui a indiqué que l'objectif pour 2006 est de se rapprocher des recettes de 2005, à savoir 1,6 milliard d'euros, a expliqué que l'accent sera mis cette année sur le secteur bancaire, 2005 ayant été l'année de l'assainissement dans l'espace des banques, ce qui maintenant permet de faire avancer les procédures.

Le ministre s'est engagé que les procédures seront ouvertes et transparentes, de façon à optimiser les bénéfices à la fois pour la société et les recettes de l'Etat.

Plus précisément, l'Etat a perçu des recettes de 2.855 millions d'euros sur la période 2004-2005, le montant inscrit au budget de l'Etat 2005 étant largement dépassé avec des recettes de 2,1 milliards contre un objectif de 1,6 milliard. Le programme de dénationalisations pour 2006 est d'ores et déjà lancé, et devrait rapporter à l'Etat quelque 1,65 milliard, conformément au rapport introductif soumis au cabinet restreint par la commission interministérielle des dénationalisations (DEA) composée de M. Alogoskoufis (à titre de président) et des ministres du Développement, Dimitris Sioufas, et de l'Emploi, Savvas Tsitouridis.

Les prochaines étapes du programme concernent Emporiki Bank (cession éventuelle jusqu'à la totalité de la participation de l'Entreprise publique des Valeurs mobilières (DEKA), soit 9,26% et éventuellement des parts respectives de personnes morales de droit public - OAED:5,4%, OGA:4,9%, ETEAM:2,0%, etc.), ATEbank (dont la part et date de la cession seront fixés au vu des résultats 2005), la Caisse d'épargne de la Poste (procédures en vue de l'introduction en Bourse en cours), la Société de développement touristique (ETA) (mise en valeur de la marina du Phalère, du casino grec de Corfou SA, du golf de Afandou - Rhodes, des Marais salants de Anavyssos et du Xenia de Vytina, ainsi que des ports de Thassos, Skiathos et Tsagaradas) et l'Entreprise publique de gaz (DEPA) (début des procédures pour l'introduction en Bourse).

i-GR/ANA

Total de votes : 0

Ajouter un commentaire