Séisme à Cythère : la profondeur de l'épicentre a limité les dégâts

seisme tselentis

La Grèce évalue les dégâts ce lundi après le séisme qui a secoué le sud du pays dimanche après-midi. D'une magnitude de 6,9 sur l'échelle de Richter, la secousse avait été ressentie dans l'ensemble du territoire et dans tout le sud-est méditerranéen, mais l'épicentre étant situé à 80km sous la mer, le dommages ont été limités. De nombreuses répliques étaient enregistrées jusque dans la soirée, dont quatre de 5 à 5,5 Richter.


Selon les premiers bilans officieux, deux blessés légers ont été signalés en Crète, une première personne ayant chuté dans sa tentative de quitter précipitamment son domicile et une seconde ayant reçu des bris de verre. Du point de vue des dégâts matériels, les plus importants sont recensés sur l'île de Cythère avec des effondrements de plusieurs vieilles maisons inhabitées, alors que des dégâts mineurs, des fissures plus ou moins profondes notamment, étaient signalés même sur des édifices plus récents toujours à Cythère, mais aussi dans l'Ouest de la Crète.

Dans de brèves déclarations dimanche après-midi, le ministre de l'Intérieur, de l'Administration publique et de la Décentralisation, Prokopis Pavlopoulos, a informé que les services publics compétents pour les situations d'urgence et les catastrophes naturelles sont en pleine mobilisation et que le Sécrétaire général à la Protection civile, Panagiotis Fourlas, était sur le point de départ pour l'île de Cythère afin de constater sur le terrain l'ampleur des dégâts et coordonner ensuite l'aide nécessaire.

Par ailleurs, un groupe de dix ingénieurs civils conduit par Ioannis Michas, préfet du Pirée d'où relève administrativement l'île de Cythère, et auquel s'est joint le président de l'Organisme des bâtiments scolaires, s'est rendu par hélicoptère dans l'après-midi à Cythère pour établir un premier état des dommages sur les édifices publics et statuer sur la gravité des dégâts.

L'épicentre de la secousse enregistrée dimanche à 13h34 en mer était situé à 30 km à l'Est de l'île de Cythère, entre le Péloponnèse et la Crète, à 200 km au Sud d'Athènes, dans le secteur Sud-Ouest du fameux "Arc grec". Malgré une profondeur de 75 km de l'épicentre, le tremblement de terre a été ressenti dans toute la Grèce, même dans l'extrême Nord du pays, à Thessalonique et Kastoria.

Les premières estimations avancées par les sismologues à Athènes faisaient état d'un séisme de 6,4 Richter, mais très vite la magnitude exacte de la secousse a été chiffrée à 6,9 dans les annonces officielles faites tant par l'Institut de géodynamique de l'Observatoire d'Athènes que par le Laboratoire de géophysique de l'Université Aristote de Thessalonique.

La région est connue pour sa forte sismicité, ayant donné déjà dans le passé une série de très forts séismes, le plus puissant ayant été d'une magnitude de 8,3 Richter en 365 ap. J-C.

Les sismologues grecs se sont voulus rassurants dans des déclarations plus d'une heure et demie après le grand séisme et au vu de l'activité post-sismique, estimant en particulier qu'il s'agissait avec une quasi certitude du séisme principal.

Selon le directeur de l'Institut de géodynamique de l'Observatoire d'Athenes, Georges Stavrakakis, ce fut une secousse très violente de 6,9 Richter et à 99% le séisme principal, mais le fait que le foyer était situe à une grande profondeur "nous a sauvé". "Vous comprenez ce qui serait arrivé si le séisme avait eu lieu sur terre", a-t-il dit.

Un faible séisme d'une magnitude de 4,5 Richter avait été enregistre la veille, a 7h11 du matin, en mer, à l'Ouest de l'île de Céphalonie (mer Ionienne), à 300 km à l'Ouest d'Athènes. La secousse avait été ressentie également sur l'île de Zakynthos (Zante).

i-GR/ANA

Total de votes : 0

Ajouter un commentaire