La Grèce juge égoïstes les propositions britanniques sur les dépenses communautaires 2007-2013

Le secrétaire d'Etat aux Affaires étrangères, Yannis Valinakis, s'est dit extrêmement réservé sur les propositions de la présidence britannique de l'UE présentées mercredi à Bruxelles a propos du montant des dépenses communautaires pour la période 2007-2013. Les perspectives budgétaires de l'UE ont également dominé les rencontres jeudi à Bruxelles du ministre des Affaires étrangères, Petros Molyviatis, avec ses homologues allemand et français, en marge de la session ministérielle de l'OTAN.

Peu après la fin des travaux du conclave ministériel convoqué dans la journée en vue de dégager un compromis, M. Valinakis a déclaré à la presse qu'un compromis est rendu très difficile sur les nouvelles propositions britanniques, compte tenu que la quasi-majorité des Etats-membres les ont jugées inacceptables.

Précisant la position de la Grèce, le ministre a souligné d'une part que le gouvernement grec souhaite naturellement parvenir a un compromis lors du prochain Sommet européen, afin d'éviter que l'UE entre dans une crise prolongée, mais qu'en même temps il n'est pas question de signer des décisions ayant pour conséquence la perte d'importants financements pour la Grèce.

"Nous sommes au milieu d'une difficile négociation, dont personne ne peut prévoir l'issue pour le moment", a conclu M. Valinakis, appelant ses partenaires à faire preuve de "moins d'égoïsme".

En marge de la session ministérielle de l'OTAN, le ministre des Affaires étrangères, M. Molyviatis, au cours de sa première rencontre avec le ministre allemand des AE, Frank-Walter Steinmeier, a évoqué les grands points de l'actualité communautaire et notamment le Budget européen, la Constitution de l'UE et les développements dans les Balkans. A propos de ce dernier dossier, le ministre a informé son homologue allemand de ses tout récents contacts à Pristina et Belgrade, comme il l'avait fait du reste mercredi soir au cours du dîner (officieux) des ministres de l'OTAN, offert par le ministre belge des AE, Karel de Gucht, à l'occasion du passage du secrétaire d'Etat américain, Condoleezza Rice.

Une session où l'absence du ministre turc des Affaires étrnères, Abdullah Gul, s'est fait remarquer. La raison avancée d'un agenda chargé était diversement commentée, des sources diplomatiques l'expliquant probablement par la présence du ministre chypriote M. Iacovou, une répétition, comme il était souligné, de ce qui s'était passe à Washington il y a peu de temps.

Selon des sources diplomatiques de Bruxelles a propos des perspective budgétaires de l'UE, il semblerait que tout se décidera après les nouvelles propositions de la présidence britannique attendues la semaine prochaine, la possibilité se dégageant petit a petit de réussir un compromis entre les "25".

i-GR/ANA

Total de votes : 0

Ajouter un commentaire