Jack Lang, aède de l'Iliade

Surprise hier à la lecture marathon de l'Iliade que la compagnie Démodocos présente trois jours durant à la Sorbonne ; Jack Lang venu en auditeur s'est improvisé aède rejoignant l'estrade pour réciter quelques vers de l'Iliade dans la toute nouvelle traduction de Philippe Brunet. Une traduction qui en attendant sa publication prochaine, se donne jusqu'à encore ce soir, en lecture publique dans le cadre du Printemps des Poètes.

Il était 11 heures dimanche matin quand on annonce le passage de Jack Lang salle Louis Liard à la Sorbonne où les comédiens de Dimodocos entamaient la deuxième journée de lecture intégrale de l'Iliade. A l'invitation du directeur de la troupe et traducteur du texte d'Homère, Philippe Brunet, l'ancien ministre de la Culture n'hésite pas un instant, il chausse ses lunettes et monte dans l'estrade partager la lecture une demi-heure avec les aèdes de Démodocos.

Rea Katsanevaki et Babis Plaïtakis
Rea Katsanevaki et Babis Plaïtakis
Anastassios Koutsoukos et Philippe Brunet
Anastassios Koutsoukos et Philippe Brunet

Le jeu des prononciations sur un même texte : improvisations en
grec moderne et grec ancien reconstitué, avec Athanassios Evanghelou et
Emmanuel Lascoux

La pause des marathoniens : Philippe Brunet et Dido Likoudis
La pause des marathoniens : Philippe Brunet et Dido Likoudis

Suivait un autre moment intense de ce marathon poétique, la lecture en Grec ancien par le quartet formé des amis grecs de Démodocos, certains venus spécialement d'Athènes. L'écrivain Babis Plaïtakis, la journaliste Rea Katsanevaki et les enseignants Anastassios Koutsoukos (vice-président de Demodokos) et Athanassios Evanghelou (iNFO-GRECE) étaient rejoints par Emmanuel Lascoux et Philippe Brunet qui allaient, eux, composer dans la prononciation reconstituée du Grec ancien.

Mais le public qui improvisait ses allées et venues au fur et à mesure du débit des 24 chants de l'Iliade avait d'autres occasions de vivre des moments forts comme l'émouvante performance samedi soir de la comédienne Dido Likoudis accompagnée de Givannni Vitello et du cœur des aèdes de Dimodocos, ou encore les chants improvisés dimanche après-midi par Anastassia Politi.

Des lectures joyeuses, festives, que les comédiens de Dimodocos, une troupe spécialisée dans la présentations de textes grecs anciens, prenaient plaisir à improviser à plusieurs voix et à partager la scène avec des nombreux invités amants des Lettres grecques tels Paul Demont, de l'UFR de Lettres, Université de la Sorbonne Paris IV, Annie Bastide du Festival de Vaison la Romaine, Armando Uribe (Ars Latina), l'auteur du Best-seller de l'année dernière l'édition Assimil du Grec ancien, Jean-Pierre Guglielmi, ou encore André Markowicz, le traducteur en français de l'ouvre de Dostoïevski. Un travail remarquable que le vice-président de Démodokos, Tassos Koutsoukos, a salué en remettant à Philippe Brunet et Yann Migubert une médaille honorifique de la part du président de la section culturelle Unesco de Pirée, Ioannis Maronitis.

La lecture se poursuit jusqu'à ce lundi soir (de 20h00 à 22h00, amphi Richelieu, entrée libre) avec la Mort d'Hector, Les funérailles de Patrocle et la rançon d'Hector. Le chœur de la classe de 5e du collège Montaigne dirigé par Anne et Claire Lafond, ouvrira chaque chant. Le conteur Bruno de la Salle lira enfin les derniers vers de cette nouvelle traduction de l'Iliade par Philippe Brunet, aboutissement de 20 ans de travail !

i-GR

Total de votes : 0

Ajouter un commentaire

Ça pourrait aussi vous intéresser...