Les écoles de la Communauté grecque du Québec en danger

La décision récente du gouvernement du Québec de revoir sa politique de soutien économique aux écoles communautaires met en cause l'avenir du financement des écoles grecques "Socrate" et "Démosthène" de la communauté grecque de Montréal et de Laval. Principal point de discorde la préférence des Grecs du Québec pour l'anglais au détriment du français.


Le ministre de l'Education, Pierre Reid, a déclaré que le gouvernement doit revoir les statistiques selon lesquelles les diplômés des écoles privées grecques ne continuent pas leurs études dans des établissements de langue française mais choisissent des établissements anglophones car ces écoles qui accueillent 2000 élèves à Montréal et à Laval depuis 20 ans ont signé des conventions particulières avec les commissions scolaires du Québec qui subventionnent à 100% l'enseignement de la langue française, et souhaitent revoir leurs positions au regard de ces nouveaux éléments.

La communauté grecque du Québec est inquiète car si le gouvernement interrompe son financement les frais d'écolage seront trop élevés pour la plupart des familles et cela touchera profondément l'hellénisme dans cette province.

i-GR/ANA

Total de votes : 0

Ajouter un commentaire

Ça pourrait aussi vous intéresser...