La famille Angelopoulos échoue dans la tentative de prise de contrôle des éditions Pigasos

Les Editions Pigasos SA ont annoncé mardi en fin de matinée à la bourse d'Athènes la suspension des négociations avec le chef d'entreprise Theodore Angelopoulos quant à la vente des actions de la société. De son côté, l'époux de la médiatique Gianna Daskalaki-Angelopoulos, présidente du Comité d'Organisation des Jeux Olympiques d'Athènes a déclaré mardi depuis Lausanne où il se trouve, avoir informé le propriétaire de Pegasus, Georges Bobolas, de sa décision, "pour des raisons personnelles et à son grand regret, de ne pas poursuivre les négociations pour l'achat de la société Pigasos".


Pigasos édite entre autres le quotidien généraliste de gauche Ethnos, le quotidien d'information économique Imerisia, le magazine Eikones ainsi que les versions grecques des magazines du groupe Hachette, comme Elle. La rumeur des négociations avait fait porté le titre de Pigasos à 20% vendredi dernier dans la Bourse d'Athènes conduisant les autorités à la suspension de sa cotation à partir du lundi 17 janvier. Après l'arrêt des négociations, le titre devrait reprendre aujourd'hui sa cotation.

L'affaire Pigasos intervient alors que le débat fait rage sur la nouvelle loi promue par le gouvernement relative aux noyaux durs des médias et visant à restreindre l'influence sur la presse de groupes de construction intervenant sur les marchés publics.

Total de votes : 0

Ajouter un commentaire