La Grèce reconnaît les retards dans la préparation olympique, mais s'engage à en accélérer le rythme

Les délais asphyxiants pour la finalisation de certains travaux importants dans la préparation olympique, comme par exemple la toiture Calatrava du stade olympique (OAKA), le tram et le train de banlieue qui présentent un important retard, ainsi que la sécurité des Jeux Olympiques étaient au centre de la rencontre de travail tenue samedi dernier au Palais Maximou sous la présidence du Premier ministre, Costas Caramanlis avec la participation du président du Comité Olympique International (CIO), Jacques Rogge, les ministres compétents, le maire d'Athènes, la présidente d"'Athènes 2004" et autres cadres responsables, signe de la mobilisation exceptionnelle que s'engage.

M. Caramanlis s'est engage à accélérer le rythme de la préparation olympique tandis que M. Rogge, à sa sortie du Megaron Maximou, s'est déclaré optimiste estimant "que les durs efforts qui seront déployés assureront l'organisation réussie et sure des JO". Il a en outre ajouté que lors de sa visite en Grèce, dans deux semaines, à l'occasion de la cérémonie d'allumage de la Flamme olympique, les discussions reprendraient afin de déterminer les décisions à prendre pour la finalisation, à temps, de tous les travaux qui sont actuellement en retard.

M. Rogge a mis l'accent sur le fait "très positif" que le Premier ministre, Costas Caramanlis, se soit chargé lui-même de la préparation olympique tout en formulant par ailleurs sa satisfaction quant à l'entretien constructif qu'il a eu avec M. Caramanlis.

Au sujet du dossier de la sécurité des JO, M. Rogge a assuré que "tout ce qui est humainement possible, sera fait", tandis qu'en ce qui concerne l'attentat terroriste de Madrid il a observé qu'il sera pris en compte dans l'évaluation des mesures qui devront être prises à Athènes.

A ce sujet, Mme Yanna Angelopoulos-Daskalaki a souligné que "notre priorité majeure reste la sécurité". "Nous progressons dans l'organisation des JO dans un environnement international particulièrement mouvementé. Nous prenons toutes les mesures nécessaires, prévoyons les dangers possibles et organisons les moyens d'y faire face avec la collaboration du CIO et de nos partenaires internationaux", a-t-elle dit.

Selon des sources sures, le CIO s'accorde entièrement avec la décision du gouvernement grec de demander officiellement l'aide de l'OTAN pour la sécurité des JO.

Le porte-parole du gouvernement, Théodoros Roussopoulos, dans une brève déclaration, a souligné que "nous savons tous que les délais sont très brefs, qu'il y a des retards dans certains travaux, mais aussi que tout sera mis en oeuvre pour réussir l'organisation des JO".

De son côté, le ministre adjoint de la Culture, Fani Palli-Petralia, a réitéré qu'une bataille sera livrée contre le temps, alors que le maire d'Athènes, Dora Bakoyannis a insisté sur la nécessite d'une mobilisation de tous les Grecs pour gagner le pari national des JO.

Total de votes : 0

Ajouter un commentaire

Ça pourrait aussi vous intéresser...