L'afflux des chypriotes aux zones interdites continue sans relâche.

Une semaine après l'annonce unilatérale de levée partielle des restrictions de circulation sur l'île par le chef chyproturc Raouf Denktash, contrôlant le nord sous occupation turque et autoproclamé Etat indépendant depuis 1974, l'afflux des chypriotes de chaque côté de la "ligne verte" continue avec la même intensité. Au total environ 51.000 Chyptriotes-grecs auront profité de "l'ouverture" pour une visite journalière de leurs anciennes demeures abandonnées au moment de l'invasion de l'île par l'armée turque, tandis que près de 24.000 Chypriotes-turcs se sont rués vers le Sud "riche et européen".


Lundi 28 avril était un jour férié pour les Grecs correspondant au lundi de Pâques du calendrier orthodoxe. Ainsi, dans les trois passages de l'hôtel Lydra Palace, de Pergamos et de Strovilia, les files d'attente se sont considérablement allongées avec 15.000 Chypriotes-grecs qui cherchaient à se rendre dans la partie occupée. Pour les Chypriotes-turcs lundi étant un jour œuvré, ils n'étaient qu'un millier à franchir les barrages vers le Sud.

Le Conseil National de Chypre réunissant les chefs des partis représentés au parlement autour du Président de la République Tassos Papadopoulos devrait se réunir demain pour "un examen général de la situation". Le gouvernement chypriote pourrait annoncer mercredi prochain les mesures pour l'accueil des chypriotes-turcs et visant à faciliter leur accès aux nouvelles perspectives ouvertes à l'île par la signature du traité d'adhésion à l'Union européenne le 16 avril. Des mesures qui sont en cours de validation par l'Union Européenne. Seraient en particulier concernés l'accès des chyproturcs au marché de l'emploi dans la zone libre et la reconnaissance de leurs diplômes obtenus dans les universités de la partie occupée de l'île. Un premier test de la volonté de réconciliation sur l'île sera l'initiative de fêter le 1er mai en commun place de la Liberté à Nicosie.

Total de votes : 0

Ajouter un commentaire